«J'ai eu le dégoût de ma passion»
exclusivité abonnés
...
Julie Bresset. (A. Bory/L'Equipe)
VTT

Julie Bresset : «J'ai eu le dégoût de ma passion»

La championne olympique 2012 de VTT, qui a décidé de faire son grand retour à la compétition cette année, accepte de raconter les galères physiques et la dépression qui ont abimé ses trois dernières saisons.

La championne olympique 2012 de VTT, qui a décidé de faire son grand retour à la compétition cette année, accepte de raconter les galères physiques et la dépression qui ont abimé ses trois dernières saisons.

C'était juste avant de s'envoler pour trois semaines de stage en Afrique du Sud. Comme une enfant devant un sapin de Noël, Julie Bresset attendait que lui soit livré son nouveau vélo. À vingt-huit ans, la spécialiste de VTT a décidé de reprendre le sport de haut niveau après une coupure d'un an. Elle entend se donner les moyens mais refuse de se fixer des objectifs précis. Elle a déjà dominé son sport en décrochant notamment l'or olympique (2012) et deux titres mondiaux (2012 et 2013). Mais elle a, depuis, traversé de sombres périodes. Installée dans son salon où s'accumulent les médailles, les honneurs et les références à sa Bretagne natale, la jeune femme les a évoquées pendant une heure. Avec une touchante sincérité.

« Après tout ce que vous avez vécu, pourquoi reprendre ?
L'envie est revenue naturellement et j'avoue que je ne m'y attendais pas vraiment. J'avais décidé de couper avec le haut niveau en 2017 parce que les dernières saisons avaient été dures. Il fallait que je souffle physiquement.

Pourquoi ?
Manque d'envie, usure... J'avais le sentiment de m'acharner pour rien. Ça n'a rien à voir avec les résultats, c'est mon corps qui lâchait. En 2016, j'étais pourtant sereine, les Jeux restaient accessibles. Mais je suis tombée malade. Et je n'ai pas été qualifiée pour Rio. Je ne me voyais pas mettre une croix définitive sur ma carrière mais je n'avais pas d'autre option que m'accorder un an avant de déterminer ce que je voulais faire de ma vie, reprendre le haut niveau ou avancer vers autre chose.

Quelles pistes avez-vous explorées ?
Je ne voulais absolument pas couper avec mon milieu, mentalement, cela aurait été trop dur. J'ai obtenu mon diplôme d'entraîneur, beaucoup partagé avec les jeunes. J'ai envie de transmettre et je ne me vois plus ne pas travailler plus tard dans mon sport. J'ai aussi commenté des épreuves pour la chaîne L'Équipe, assumé mon rôle d'ambassadrice pour Scott (une marque de VTT). Les six premiers mois de 2017, je pensais ne jamais reprendre. Mais, de manière inconsciente, une petite lumière me rappelait que je devais garder le contact : “Et si je voulais reprendre...”

Avez-vous continué à rouler ?
Oui. D'abord pour la marque. J'ai roulé quand j'en avais envie. J'ai expérimenté d'autres choses aussi, des randonnées, du trail, une compétition de ski de fond. J'adore le sport de pleine nature. J'ai pu constater d'ailleurs que le moteur était encore là, en suivant les juniors du pôle France de VTT. Je manque de volume mais cela peut revenir.

Que reste-t-il de vos trois années fastes entre 2011 et 2013 ?
Plein de...

Pour lire la suite, découvrez notre offre spéciale

Vous avez souscrit à l'offre Pack 10 articles

gagnez avec la France du 1er au 30 juin 2018

à chaque victoire des Bleus,
1€ en moins sur votre abonnement !*

j'en profite

* voir conditions

Il vous reste :
- articles à utiliser

Débloquer cet article
tous les commentaires
commenter cet article
Commenter cet article  (Pour commenter, vous devez vous inscrire)

 

Votre commentaire - 500 caractères restants

Votre commentaire sera publié dans les plus brefs délais après modération
En poursuivant votre navigation sur www.lequipe.fr, vous acceptez les CGU ainsi que l'utilisation de cookies et de technologies similaires, y compris celle de partenaires tiers, pour vous proposer des contenus pertinents et des publicités ciblées en fonction de vos centres d'intérêts.
En savoir plus sur les cookies.   Afficher les CGUs.