Volley Ligue A (Hommes)

Le Roux rejoint Rennes

Au lendemain de son départ du Dynamo Moscou, l'international français s'est engagé dimanche avec le club breton dans un rôle d'attaquant de pointe. Un gros coup pour le Rennes Volley

Volley-ball - Ligue A (H) - Kévin Le Roux à l'échauffement avec l'équipe de France (F. Mons/L'Equipe)

Kévin Le Roux à l'échauffement avec l'équipe de France (F. Mons/L'Equipe)

Pour clôturer l'année, Rennes s'est offert un roi dimanche : Kévin Le Roux. Au lendemain de sa rupture de contrat à l'amiable avec le Dynamo Moscou, l'international français n'a pas tardé à trouver un point de chute. « C'est un peu surprenant, je sais, avoue le central géant des Bleus (2,09m, 28 ans) double vainqueur de la Ligue mondiale (2015, 2017) et champion d'Europe il y a deux ans. Ces derniers jours ont été un peu mouvementés pour moi mais je suis heureux de pouvoir rebondir aussi vite dans un club que je connais bien mais où je n'avais jamais joué. Je vais évoluer devant mes amis, ma famille. Cela va me faire un bien fou.»

Surtout dans un rôle d'attaquant de pointe, poste déjà tenu lors de son passage en Corée du Sud (2014-2015) ou à l'AS Cannes (2012-2013) par le passé, ce qui implique probablement le départ du Lituanien Arvydas Miseikis ou du Camerounais David Feughouo. « J'ai envie de me faire plaisir aussi après quelques mois délicats à Moscou, reprend le contreur qui a grandi à Saint-Malo. Là-bas, l'entraîneur a changé dès le début de la saison, je me suis blessé au dos et j'ai galéré à me faire soigner et, enfin, les dirigeants m'ont dit qu'ils n'aimaient pas mon volley. Du coup, on s'est mis d'accord et bye-bye.»

Après une dizaine de matches avec l'équipe moscovite, deux apparitions en Ligue des champions, peu de ballons exploitables à l'attaque et tout de même 75% de son contrat en poche, le voici donc de retour en France, avec un objectif clair: sortir le club gallo de la zone de relégation et, pourquoi pas, lui permettre d'accrocher une place en play-offs, réservés aux huit premiers de la Ligue A. Un challenge délicat car le collectif de Nikola Matijasevic - dont le fils Georges est aussi l'agent de Le Roux - n'a gagné que deux de ses onze premiers matches et pointe au onzième rang.

« Beaucoup de mes potes sont contents de mon choix et pas mal de gars de l'équipe de France m'ont envoyé un petit message pour me chambrer ou m'encourager, je sens que je vais être bien ici. L'histoire va bien se terminer», assure-t-il, l'esprit déjà concentré au premier déplacement samedi prochain à Montpellier pour le compte de la 12e journée de Championnat.

Tous les commentaires
Commenter cet article  (Pour commenter, vous devez vous inscrire)

 

Votre commentaire - 500 caractères restants

Votre commentaire sera publié dans les plus brefs délais après modération
En poursuivant votre navigation sur www.lequipe.fr, vous acceptez les CGU ainsi que l'utilisation de cookies et de technologies similaires, y compris celle de partenaires tiers, pour vous proposer des contenus pertinents et des publicités ciblées en fonction de vos centres d'intérêts.
En savoir plus sur les cookies.   Afficher les CGUs.