Charles Caudrelier : «La Volvo, ça ne s'arrête jamais»
exclusivité abonnés
...
Voile Volvo Ocean Race

Charles Caudrelier : «La Volvo, ça ne s'arrête jamais»

Le skipper de Dongfeng, leader à deux étapes de la fin de la Volvo Ocean Race, évoque sa troisième campagne sur le tour du monde et aussi déjà la suite. Dimanche 10 juin, il prendra le départ de Cardiff vers Göteborg pour la dixième des onze étapes au large.

Anouk Corge

Le skipper de Dongfeng, leader à deux étapes de la fin de la Volvo Ocean Race, évoque sa troisième campagne sur le tour du monde et aussi déjà la suite. Dimanche 10 juin, il prendra le départ de Cardiff vers Göteborg pour la dixième des onze étapes au large.

Six ans après avoir gagné la Volvo Ocean Race, comme second de Franck Cammas sur Groupama, Charles Caudrelier est le skipper de Dongfeng, bateau battant pavillon chinois mais truffé de marins français comme lui. Avant le départ de la dixième et avant-dernière étape au large du tour du monde en équipages, ce dimanche 10 juin de Cardiff vers Göteborg (1300 milles, 2408 km), le Breton de 44 ans fait le point sur sa troisième campagne d'affilée (3e en 2016 avec Dongfeng) et évoque la suite qu'il entend donner à sa carrière. Il aimerait aussi réussir à accrocher une étape, après avoir accumulé les podiums. Il lui reste deux opportunités d'ici la fin de l'épreuve, le 30 juin à la Haye.

«Comment allez-vous après huit mois de course ? 
On est fatigués. On touche à la fin. On est bien placés, on aurait aimé effectivement être un peu plus à l'aise. Sans cette arrivée catastrophique à Newport (5e le 19 mai) on serait à l'aise dans nos baskets pour attaquer la fin de course. Là, on est un peu plus sous pression. Ça fait partie du jeu. C'est ce qui rend la course passionnante aussi. C'est bien pour la course, moins pour nous (rires). 

Dongfeng accumule les podiums mais n'a pas encore gagné d'étapes. Sentez-vous que ça pèse sur votre équipe ? 
Oui, ça pèse forcément. C'est une frustration. Ça peut mettre quelques doutes. Le plus dur est d'être régulier sur cette course. Ce qu'on a réussi à faire. On en est plutôt fiers, il faut regarder le bon côté. Le niveau est tellement homogène. Gagner, bien sûr ça nous manque. Ce serait bien si on en gagnait une maintenant.

Avez-vous une explication au fait que Dongfeng ne parvient pas encore à gagner d'étape ? 
C'est surtout à Newport qu'on aurait pu en gagner une car on était en tête à quelques milles de l'arrivée. Que voulez-vous faire dans une arrivée aussi foireuse : pétole, ça part de partout. On a sûrement fait des erreurs. Mais après 5000 milles, avec deux milles d'avance sur le deuxième à trois milles de l'arrivée, tu ne t'attends pas à perdre l'étape. Parfois, il y a des injustices en voile. On avait demandé aux organisateurs que l'arrivée ne se fasse pas à cet endroit-là (dans la baie de Newport, ndlr) pour éviter que ce genre de scénario ne se produise, évidemment ils ne nous ont pas écouté... On ne peut s'en prendre qu'à nous de ne pas avoir réussi à rester devant. Il y a eu d'autres étapes où on aurait pu gagner, on a fait des erreurs en stratégie. Ça arrive. Tout le monde en fait. On n'a pas eu de réussite. Ça commence à venir. Il faut y croire. La réussite ça se provoque aussi.

Comment vivez-vous cela en tant que skipper et donc leader ? 
On fait du mieux qu'on peut. On n'est pas des surhommes. On a des hauts et des bas. Je ne suis pas tout seul, j'ai une bonne équipe qui me soutient heureusement parce qu'il n'y a pas pire que d'être skipper sur la Volvo Ocean Race en terme de pression. Ça dure neuf mois, en plus c'est ma troisième (d'affilée). C'est une course qui demande beaucoup. Quand on voit dans quel état sont les équipiers... skipper c'est encore plus dur parce qu'il y a la pression.

Vous avez un préparateur mental, il doit tourner à plein régime en ce moment... 
Oui. Il est plutôt là pour gérer les relations entre les gens quand il y a des problèmes, plus que de préparer les gens individuellement, un travail qu'il fallait faire avant. Mais il aide, il fait un bon boulot. Sur la Volvo, il y a forcément des frustrations, des moments difficiles, des...

Pour lire la suite, découvrez notre offre spéciale

Vous avez souscrit à l'offre Pack 10 articles

1€ le premier mois d'abonnement*

puis 9,99€/mois sans engagement
offre valable du 1 juillet au 31 août 2018

j'en profite

* voir conditions

Il vous reste :
- articles à utiliser

Débloquer cet article
tous les commentaires
commenter cet article
Commenter cet article  (Pour commenter, vous devez vous inscrire)

 

Votre commentaire - 500 caractères restants

Votre commentaire sera publié dans les plus brefs délais après modération
En poursuivant votre navigation sur www.lequipe.fr, vous acceptez les CGU ainsi que l'utilisation de cookies et de technologies similaires, y compris celle de partenaires tiers, pour vous proposer des contenus pertinents et des publicités ciblées en fonction de vos centres d'intérêts.
En savoir plus sur les cookies.   Afficher les CGUs.