«Ça me donne envie de chialer»
exclusivité abonnés
...
Charles Caudrelier évoque la disparition du marin sur la Volvo Race. (Volvo Ocean race)
Voile Volvo Ocean Race

Charles Caudrelier : «Ça me donne envie de chialer»

Le skipper français de Dongfeng raconte comme il a vécu la disparition de John Fisher, équipier de Sun Hung Kai, tombé à la mer pendant la septième étape de la Volvo Ocean Race.

Anouk Corge

Le skipper français de Dongfeng raconte comme il a vécu la disparition de John Fisher, équipier de Sun Hung Kai, tombé à la mer pendant la septième étape de la Volvo Ocean Race.

Terminer à 14'50'' du vainqueur après seize jours de mer et 7600 milles pourrait s'apparenter à une déception. Pas pour Charles Caudrelier, skipper français de Dongfeng, conscient que son rival néerlandais a mérité ce succès dans la septième des onze étapes de la Volvo Ocean Race, ce mardi à Itajai (Brésil), puisqu'il a mené pratiquement tout du long depuis le départ d'Auckland le 18 mars. Qui plus est la mésaventure de Mapfre (avarie de voile), cinquième à 780 milles du Brésil quand les deux premiers ont franchi la ligne d'arrivée, peut permettre à Dongfeng de chiper à l'espagnol la tête au général au terme d'une étape dramatique. Le 26 mars, John Fisher, équipier sur Sun Hung Kai, a disparu en mer. Un accident que Charles Caudrelier a accepté d'évoquer, lui qui connaît si bien les dangers de cette course autour du monde qu'il dispute pour la troisième fois d'affilée.

Quel est votre sentiment après cette deuxième place pour seulement 14'50'' après seize jours et demi de mer ?
Ça fait partie de la Volvo Ocean Race en one design (monotypie), il faut accepter cela. Ça va quand c'est toi qui reviens et ne réussis pas à doubler. Ça aurait pu être dur pour Team Brunel qui a fait pratiquement toute l'étape en tête. Ça n'aurait pas représenté la course. Je suis le premier à raller quand ça nous arrive, je ne le souhaite pas aux autres même si ça m'aurait arrangé ! C'est ce qui fait que cette course est devenue extrêmement dure parce qu'on est en one design. Jamais avec l'ancienne flotte de prototypes, il n'y aurait eu un tel combat dans le sud. Il n'y a jamais ça sur le Vendée Globe avec cinq, six bateaux qui se battent, des croisements à une longueur près. C'est vraiment devenu une régate planétaire, de très haut niveau.

Cette deuxième place conjugée à l'éventuelle cinquième place de Mapfre (toujours en mer) peut vous permettre de prendre la tête au général au détriment de Mapfre...
Oui, c'est une super opération pour nous au général. On est deux leaders détachés du groupe et c'est le premier qui va faire une ânerie... On avait une grosse frustration car on s'est fait avoir pratiquement à chaque fin d'étape par les Espagnols, parfois sur des trucs un peu injustes, des risées... Là, ça tourne un peu, c'est bien. Ça va donner un coup de boost à l'équipe. Mais le contexte est particulier : je...

Pour lire la suite, découvrez notre offre spéciale

Vous avez souscrit à l'offre Pack 10 articles

1€ le premier mois d'abonnement*

puis 9,99€/mois sans engagement
offre valable du 1 juillet au 31 août 2018

j'en profite

* voir conditions

Il vous reste :
- articles à utiliser

Débloquer cet article
tous les commentaires
commenter cet article
Commenter cet article  (Pour commenter, vous devez vous inscrire)

 

Votre commentaire - 500 caractères restants

Votre commentaire sera publié dans les plus brefs délais après modération
En poursuivant votre navigation sur www.lequipe.fr, vous acceptez les CGU ainsi que l'utilisation de cookies et de technologies similaires, y compris celle de partenaires tiers, pour vous proposer des contenus pertinents et des publicités ciblées en fonction de vos centres d'intérêts.
En savoir plus sur les cookies.   Afficher les CGUs.