Disparition

Johnny Hallyday et le sport : le Dakar, la boxe, un hymne et des sorties remarquées

Fan de sport auto, Johnny Hallyday, mort mercredi à l'âge de 74 ans, a terminé un Dakar, participé à de faux combats de boxe sur scène et chanté l'hymne des Bleus à la Coupe du monde.

Tous sports - Gaétan Scherrer - Johnny Hallyday en octobre 1975, à Magny-Cours. (Getty Images)

Johnny Hallyday en octobre 1975, à Magny-Cours. (Getty Images)

Môme, Johnny Hallyday s'était promis que s'il n'arrivait pas à être chanteur ou acteur, il serait pilote. Sa carrière couronnée de succès l'a freiné mais au début des années 2000, la star s'est lancée : avec son beau-père André Boudou comme copilote, il s'était aligné au départ du rallye de Tunisie (43e), puis à celui du Maroc (21e)... avant de s'associer à René Metge, triple lauréat de l'épreuve, sur le Paris-Dakar 2002. «C'est un souvenir formidable, parce que c'est un souvenir d'équipe, dira-t-il à L'Equipe. Les rallyes, ça me manque. Pourtant, j'en ai chié, ah oui ! Quarante degrés à l'ombre et même plus, on s'enlisait, on a sorti la pelle plus d'une fois...»

Quand il s'entraînait «comme une bête»

Malgré son inexpérience («moi, je me paume même dans la rue», dira-t-il à propos de ses capacités de navigation), le chanteur avait tout de même rallié l'arrivée à Dakar, à la 49e place du général. Mais si «Johnny» était un bon pilote, amoureux des motos («biker, c'est une profession, une religion»), c'est dans les salles de musculation qu'il passait une partie significative de son temps libre.

«Pour un show en 1980, il voulait se remettre en forme, raconte Pierre Billon, son ancien directeur artistique, à France Dimanche. Il m'a dit : toi, t'en fais, tu peux m'entraîner. On est partis un mois à Miami, pas d'alcool, pas de fumée. On s'est entraînés comme des bêtes. Après, il n'a jamais arrêté la musculation.» Metge, son copilote en 2002, dira ainsi que la résistance physique du chanteur l'avait «étonné d'une façon incroyable». «Sur la plage de Dakar, il a jeté son paquet de Gitanes et a promis qu'il arrêterait de fumer, ajoutera-t-il. Bon, après, on est rentrés à l'hôtel et il m'a demandé : t'as pas gardé une clope ?»

Johnny, Zidane et le Mondial

Son rapport aux autres disciplines est plus ténu. La vedette est toujours gentiment moquée pour le lapsus commis en direct au JT en 2002, en confondant «Zizou» et «Zazie», ou un an plus tard, en révélant lors d'une émission télévisée que ce même «Zizou» allait «deux fois par an» dans la même clinique suisse que lui, pour y subir des transfusions sanguines. Il n'en était pas moins un ami du footballeur, et un fidèle supporter.

«J'ai rencontré Zidane plusieurs fois, je l'aime beaucoup, expliquait-il. Qu'est-ce que j'étais heureux quand on a gagné la Coupe du monde ! J'étais au Stade de France, en plus. Quand même, ça fait quelque chose quand on gagne... c'est toute une équipe qui gagne, et ça, c'est ma vie à moi.» Enthousiasmé par cette expérience, il s'était d'ailleurs associé aux Bleus en interprétant leur hymne pour le Mondial 2002, Tous ensemble. Avec cette chanson, composée par Catherine Lara, Hallyday s'est hissé au sommet du Top 50. Sportivement, en revanche, ça n'a pas vraiment fonctionné.

«On allait tous les lundis au Palais des Sports voir de la boxe»

Johnny aimait d'autres sports : le tennis, surtout Roland-Garros qu'il ne manquait pas quand il était à Paris ; la boxe, qu'il allait regarder avec ses compères de L'Aventure, c'est l'aventure. «Avec Claude Lelouch, Lino Ventura et toute une bande de passionnés, dont Jean-Paul Belmondo, on allait tous les lundis voir de la boxe», se rappelait-il. Un art qu'il a même pratiqué sur scène, en 1969, lançant ses incroyables concerts au Palais des Sports par un combat chorégraphié, dont il sortait toujours vainqueur, acclamé, couvert de sang.

Cette passion ne le lâchera plus : quand il vivait aux États-Unis, à Los Angeles, il disait ne jamais manquer le match de la semaine sur HBO, et s'envolait même parfois à Vegas «quand il y avait un super combat». Du reste, les stades, c'est lui qui les remplissait.

Commenter cet article  (Pour commenter, vous devez vous inscrire)

 

Votre commentaire - 500 caractères restants

Votre commentaire sera publié dans les plus brefs délais après modération

En poursuivant votre navigation sur www.lequipe.fr, vous acceptez les CGUs ainsi que l'utilisation de cookies pour vous proposer des contenus et des publicités ciblées en fonction de vos centres d'intérêts.

En savoir plus sur les cookies.

Afficher les CGUs.

X