Coupe Davis

Yannick Noah : «Les six sont susceptibles de jouer, c'est notre force»

A dix jours de la finale de Coupe Davis face à la Belgique, le capitaine Yannick Noah a détaillé la composition du groupe élargi qu'il enverra au stage de préparation, avec Jo-Wilfried Tsonga en «numéro un».

Tennis - Coupe Davis - Yannick Noah lors de l'annonce ce mardi. (S.Mantey/L'Equipe)

Yannick Noah lors de l'annonce ce mardi. (S.Mantey/L'Equipe)

«Tsonga et Pouille en simple, était-ce une évidence ?
Jo est motivé, c'est notre numéro un, et Lucas a lui aussi fait deux bons tournois, à Anvers puis Vienne. Il est un peu émoussé, comme la plupart des joueurs en fin de saison. Il va maintenant tenter de "refaire un peu de jus" et de se préparer au mieux pour ce qui restera comme le rendez-vous de notre année, et même plus que ça.

Pourquoi avez-vous choisi d'emmener Gasquet et Benneteau en remplaçants ?
Ces dernières semaines, beaucoup de joueurs ont bien bossé parce qu'ils avaient à coeur de jouer cette finale. (Adrian) Mannarino était dans la course, mais il était émoussé physiquement, voire blessé. J'ai pas mal parlé avec lui : il ne se sentait pas prêt à partir sur un stage qui sera physiquement éprouvant. Julien (Benneteau) nous a surpris et il s'est surpris lui-même je crois, son tournoi à Bercy était magnifique. C'est bien d'avoir dans l'équipe pour un besoin. Richard (Gasquet) aussi, il n'a pas pu enchaîner dernièrement, mais il a déjà réussi à retrouver son niveau. Officiellement, je dois donner une équipe, mais l'équipe définitive, dans ma tête, je la ferai le plus tard possible. Tous les gars sélectionnés sont prêts.

Votre équipe de double joue actuellement le Masters à Londres...
L'an passé déjà, je me souviens que Nico (Mahut) et Pierre-Hugues (Herbert) étaient arrivés en retard car ils venaient de gagner Wimbledon. Pour la confiance, il n'y a rien de mieux que de gagner des matches. C'est la meilleure préparation. Et je me dis que l'équipe adverse aura ce même problème avec Goffin. Notre équipe de double est solide, motivée, elle a répondu à mes attentes depuis quelques rencontres.

«Je n'avais pas réussi à communiquer avec beaucoup de monde...»

Comment qualifieriez-vous votre sélection ?
C'est une équipe compacte. Les six sont susceptibles de jouer et ça c'est notre force.

Craignez-vous que la fatigue et les pépins physiques puissent bouleverser vos plans ?
A chaque fois qu'on a gagné, c'est qu'on avait en nous une attitude positive. On ne se dit pas «et si je me fais mal», etc. Ça fait partie de la préparation de haut niveau : on met de côté les doutes. Je pense que l'adversaire va s'appuyer en grande partie sur un joueur (Goffin), et qu'on a la possibilité de le battre. C'est notre objectif.

Sur un plan personnel, quelles leçons avez-vous tiré de la demi-finale, où vous aviez eu du mal à communiquer avec vos joueurs ?
Je n'avais pas réussi à communiquer avec beaucoup de monde... J'ai eu deux mois pour me préparer. Je suis capitaine de l'équipe de France, je prends ça à coeur. J'assume mes responsabilités et je fais de mon mieux. J'ai eu le temps d'y penser car je n'avais que ça a faire... On a beaucoup parlé avec mon staff, de tout ce qu'on pouvait améliorer, et c'est agréable de se dire qu'on est en finale avec une marge de progression.

«Un match de Coupe Davis se gagne avec la tête et le coeur»

Savez-vous déjà ce qu'il en est de votre avenir à la tête de l'équipe de France ?
Je n'ai aucune certitude. Là, j'ai d'abord à coeur de gagner ce match. Ça serait énorme pour nous tous. Ça va au-delà de mon avenir personnel. J'y pense, mais dans l'immédiat, je me dis qu'il n'y a pas de plus bel endroit que la chaise de l'équipe de France pour jouer la finale et faire quelque chose de joli. J'ai juste envie d'être concentré et de mettre tout de côté pour ne penser qu'à une chose : préparer mes gars. Leur dire que je serai là l'an prochain, ça n'aiderait pas.

Quels souvenirs gardez-vous de votre dernière finale de Coupe Davis en tant que capitaine, il y a 21 ans ?
Il me reste les souvenirs de belles aventures entre copains. Avoir un groupe de copains, c'est important, c'est même ma motivation première. Une fois que tu as ça, c'est que tu es prêt à te se surpasser pour les autres. Car à la fin, un match de Coupe Davis se gagne avec la tête et le coeur.»

Noah dévoile une liste élargie

Commenter cet article  (Pour commenter, vous devez vous inscrire)

 

Votre commentaire - 500 caractères restants

Votre commentaire sera publié dans les plus brefs délais après modération