Coupe Davis

Lucas Pouille veut réunir des joueurs pour protester contre la réforme de la Coupe Davis

Décidé à combattre la réforme de la Coupe Davis portée par l'ITF, Lucas Pouille va tenter de rapprocher plusieurs joueurs afin «d'avoir l'avis de tout le monde» sur le sujet.

Tennis - Coupe Davis - Lucas Pouille est prêt à se battre contre l'ITF.  (P.Lahalle/L'Equipe)

Lucas Pouille est prêt à se battre contre l'ITF. (P.Lahalle/L'Equipe)

Lucas Pouille n'est pas seulement le leader français sur les courts de Gênes, où il a largement contribué à qualifier les siens en demi-finale de la Coupe Davis ce week-end. En dehors aussi, la parole du Nordiste porte : il le sait, et compte bien s'en servir pour prouver son opposition au projet de révolution de la Coupe Davis souhaitée par la Fédération internationale. «J'ai une idée : organiser une réunion entre joueurs réunis au même endroit, à Madrid, Monte Carlo, voire Roland-Garros, a-t-il glissé après sa victoire contre Fabio Fognini. On entend pas mal de choses : j'ai envie d'avoir l'avis de tout le monde.»

«Une compétition spéciale»

Peu avant que son capitaine ne s'attaque à son tour aux instances dirigeantes du tennis, Pouille a rappelé que la Coupe Davis devait «rester comme ça» : «elle pourrait être plus rare, tous les deux ou trois ans, la magie opérerait encore plus, mais je suis complètement contre (le projet de l'ITF), et je ne suis pas le seul». D'où son envie de fédérer les joueurs réfractaires, pour que leurs protestations ne restent pas de simples «bruits de vestiaires». A titre personnel, il a déjà prévenu que si la réforme venait à être votée, en août, il boycotterait probablement cette nouvelle compétition.

«Giudicelli ne nous a jamais demandé ce qu'on en pensait»

A la sortie du court, il s'est d'ailleurs empressé d'interpeller à ce sujet Bernard Giudicelli, président de la FFT et membre du board de l'ITF, présent en Italie. «J'attends de lui qu'il nous écoute. Pour l'instant, il ne nous a jamais demandé ce qu'on en pensait, regrette le Français. J'espère qu'il va être de notre côté. Hier (samedi), j'ai regardé le double Allemagne-Espagne : c'était un match de malade avec une ambiance incroyable. J'espère que tous les responsables de l'ITF qui ont eu l'idée de faire cette réforme vont avoir un petit truc dans la tête, et se rendre compte, quand même, que c'est une compétition spéciale.»

Tous les commentaires
Commenter cet article  (Pour commenter, vous devez vous inscrire)

 

Votre commentaire - 500 caractères restants

Votre commentaire sera publié dans les plus brefs délais après modération
En poursuivant votre navigation sur www.lequipe.fr, vous acceptez les CGU ainsi que l'utilisation de cookies et de technologies similaires, y compris celle de partenaires tiers, pour vous proposer des contenus pertinents et des publicités ciblées en fonction de vos centres d'intérêts.
En savoir plus sur les cookies.   Afficher les CGUs.