Tennis ATP Toronto

L'Open du Canada marque le vrai début de la tournée américaine

Les cadors du circuit reviennent aux affaires.

Tennis - Tennis - Rafael Nadal et les cadors du circuit reprennent du service. (N. Luttiau/L'Equipe)

Rafael Nadal et les cadors du circuit reprennent du service. (N. Luttiau/L'Equipe)

Il y a bien eu la victoire d'Alexander Zverev à Washington, certes. Mais le vrai début de la tournée américaine, qui doit conduire à l'US Open, démarre bel et bien ce lundi à Toronto avec l'Open du Canada. La route se poursuivra à Cincinnati (12-19 août) avant de s'achever à New York (27 août-9 septembre). Les plus aventureux pourront même faire un détour par Winston-Salem (19-25 août) entre les deux Masters 1000 et le dernier Grand Chelem de l'année.

Ces tournois du mois d'août, sur une surface qui n'épargne pas les organismes, est surtout l'occasion de voir revenir sur le devant de la scène les cadors du circuit, laissés au repos depuis Wimbledon. Rafael Nadal, n°1 mondial, débutera ainsi cette semaine un périple qui pourrait se conclure par un doublé à l'US Open. Mais à 32 ans, le taureau de Manacor est plus prudent que jamais. D'autant que son tableau se révèle piégeur à Toronto où Stan Wawrinka pourrait l'attendre en huitièmes de finale. «Je ne veux pas penser à Wawrinka, Kyrgios ou Sousa avant d'avoir joué contre Benoît Paire, ou un qualifié. Je sais que le premier tour va être un combat difficile. Le fait de regarder l'ensemble du tableau ne détourne pas mon attention du premier tour. Je prends les matches un par un, comme je l'ai toujours fait.» Il est comme ça Nadal, on ne le changera pas.

Federer laisse un vide à combler

En revanche, le forfait de Roger Federer, qui ne jouera pas avant Cincinnati, peut laisser certains joueurs nourrir de légitimes ambitions. A commencer par le tenant du titre, Alexander Zverev. A 21 ans, le n°3 mondial a montré qu'il était en forme en conservant son titre à Washington. Mais il se frottera à une toute autre opposition au Canada. Il a les armes pour aller une nouvelle fois au bout, c'est certain. Mais ils sont nombreux à lorgner sur son titre.

Parmi eux, le phénix Novak Djokovic. Le Serbe est revenu de nulle part en remportant Wimbledon en juillet. Après une année de galère, le 10e mondial semble a voir retrouvé son tennis et l'envie de gagner. Il pourrait en profiter pour rompre une très mauvaise série en Amérique du nord, puisque son dernier titre y date de 2016. Et c'était justement à Toronto. Reste maintenant à savoir si Djokovic est vraiment de retour ou si sa dernière victoire en Grand Chelem était un feu de paille. «Je comprends que les gens se demandent si je peux jouer à ce niveau avec constance. Croyez-moi, je me pose aussi la question», a-t-il confié.

tous les commentaires
commenter cet article
Commenter cet article  (Pour commenter, vous devez vous inscrire)

 

Votre commentaire - 500 caractères restants

Votre commentaire sera publié dans les plus brefs délais après modération
En poursuivant votre navigation sur www.lequipe.fr, vous acceptez les CGU ainsi que l'utilisation de cookies et de technologies similaires, y compris celle de partenaires tiers, pour vous proposer des contenus pertinents et des publicités ciblées en fonction de vos centres d'intérêts.
En savoir plus sur les cookies.   Afficher les CGUs.