Coupe Davis Bleus

Coupe Davis : Jo-Wilfried Tsonga et Lucas Pouille retenus par Yannick Noah pour la finale face à la Belgique

La liste des joueurs retenus pour le stage avant la finale de la Coupe Davis a été dévoilée ce mardi par le capitaine des Bleus Yannick Noah.

Yannick Noah a annoncé ce mardi la composition du groupe qu'il emmènera au stage de préparation de la finale de Coupe Davis (24-26 novembre). Y figurent Jo-Wilfried Tsonga, Lucas Pouille (simple), Nicolas Mahut et Pierre-Hugues Herbert (double). Richard Gasquet et Julien Benneteau sont officiellement appelés comme remplaçants, mais le capitaine des Bleus a bien précisé qu'il choisira «l'équipe définitive le plus tard possible, le stage sera important».

Tsonga, incontestable n°1

Satisfait de ce groupe dont la plus grande force, dit-il, est d'être «compact»? et ou «les six peuvent jouer?», Noah annonce sans équivoque que Tsonga est «le numéro un», et que Pouille, bien qu'«émoussé physiquement», devrait pouvoir tenir sa place. Julien Benneteau a lui gagné sa place en réalisant un superbe tournoi de Bercy, où «il s'est lui-même surpris», tandis que Richard Gasquet a «retrouvé son niveau» après une période difficile.

Adrian Mannarino, auteur d'une superbe fin de saison, «était dans la course», reconnaît le capitaine. Mais le n°3 tricolore, diminué, ne se sentait «pas prêt à partir sur un stage qui sera physiquement éprouvant».  

Une équipe de double «solide et motivée»

Sans grande surprise, la paire française la plus titrée de ces dernières saison (Mahut/Herbert), actuellement présente à Londres au Masters, sera alignée lors de la rencontre du samedi. «C'est une équipe de double solide et motivée, elle a répondu à mes attentes depuis quelques rencontres», a souligné Noah.

Il s'agit de la troisième finale de Coupe Davis pour Tsonga et Benneteau, remplaçants en 2010 contre la Serbie et qui avaient pris part aux rencontres en 2014 contre la Suisse. Gasquet, lui, avait disputé le double et le 4e simple il y a trois ans, tandis que Pouille jouera sa première finale. «Mais ce n'est pas un facteur négatif, dit Noah. Ce n'est pas une science exacte : on met tous les atouts de notre côté, on va travailler, et ensuite, place à la folie.»

Commenter cet article  (Pour commenter, vous devez vous inscrire)

 

Votre commentaire - 500 caractères restants

Votre commentaire sera publié dans les plus brefs délais après modération