Wimbledon (Femmes)

Angelique Kerber : «C'est moi qui ai gagné, pas elle qui a perdu»

L'Allemande, qui s'est imposée à Wimbledon, était contente de son attitude face à cette impressionnante championne qu'est Serena Williams.

«Votre plan de jeu a marché de toute évidence. C'était votre intention d'être agressive tout le temps ? 
Pour être honnête, j'étais plutôt nerveuse avant le match. Mais je savais que je devais jouer mon meilleur tennis face à Serena, surtout dans les moments importants. Je savais qu'à la fin, il fallait saisir la moindre chance, parce qu'on ne sait jamais avec elle. On sait qu'elle adore ça, ce genre de match, sur les courts centraux. J'ai essayé de ne pas trop penser que je jouais contre Serena Williams. Aujourd'hui je savais qu'il fallait prendre le match en main. Je suis heureuse, parce que c'est moi qui ai gagné le match. Ce n'est pas elle qui l'a perdu. C'est juste incroyable. On ne peut pas décrire ce moment. Quand j'étais enfant je rêvais de ce moment-là, gagner Wimbledon. C'est quelque chose de vraiment spécial. Ce titre, personne ne me l'enlèvera. Il y a deux semaines, personne ne pensait que je pouvais aller aussi loin.

Racontez-nous vos souvenirs d'enfant concernant Wimbledon ? 
Je me souviens d'avoir regardé Steffi (Graf). Elle gagnait tout en deux sets. Tout le monde jouait en blanc, ça m'avait marqué. Dès la première balle que j'ai frappée ici en juniors, je me suis sentie bien sur gazon, même si je ne jouais pas bien au début.

«J'ai bien servi aux moments importants»

Combien était-ce difficile de revenir après 2017, une année mal gérée où il y avait eu beaucoup d'attente derrière vous ? 
Si 2017 n'avait pas existé, je n'aurais pas gagné ce tournoi. J'ai beaucoup appris l'an dernier, à gérer les attentes. J'ai beaucoup appris sur moi-même. J'essaie d'apprécier chacun des moments, désormais. Je ne pense pas spécialement aux résultats, mais plutôt à améliorer mon jeu. Depuis le début de l'année, j'ai un peu changé mon service. Ça a été l'une des clefs aujourd'hui car j'ai bien servi aux moments importants.

Vous avez joué quatre finales en Grand Chelem et vous en avez gagné trois. Comment expliquez-vous que vous arrivez à jouer votre meilleur tennis dans ce genre d'événements ? 
Parce que j'ai bientôt 30 ans (sourires). J'ai de l'expérience. Je sais à quoi m'attendre. Ça m'a sûrement aidée à être un peu relâchée aujourd'hui.

Est-ce que vous avez été dérangée par le fait de ne pas connaître l'heure exacte du début de la finale (avec la reprogrammation de la fin du match Djokovic-Nadal) ? 
Je m'attendais à un long match. Je pense que c'était la bonne décision de mettre ce match avant le nôtre parce qu'ils ont la finale à jouer demain. J'étais plutôt relax.»

tous les commentaires
commenter cet article
Commenter cet article  (Pour commenter, vous devez vous inscrire)

 

Votre commentaire - 500 caractères restants

Votre commentaire sera publié dans les plus brefs délais après modération
En poursuivant votre navigation sur www.lequipe.fr, vous acceptez les CGU ainsi que l'utilisation de cookies et de technologies similaires, y compris celle de partenaires tiers, pour vous proposer des contenus pertinents et des publicités ciblées en fonction de vos centres d'intérêts.
En savoir plus sur les cookies.   Afficher les CGUs.