Ski alpin Disparition

Luc Alphand, après l'annonce de la disparition de David Poisson: «Il n'y pas de mots»

L'ancien skieur, médaillé de bronze mondial en descente en 1996, est sous le choc après l'annonce du décès de David Poisson.

Ski - LUC ALPHAND - Luc Alphand, touché par la mort de David Poisson. (Johan Groder/EXPA/PRESSE SPORT/PRESSE SPORTS)

Luc Alphand, touché par la mort de David Poisson. (Johan Groder/EXPA/PRESSE SPORT/PRESSE SPORTS)

Luc Alphand réagit à l'annonce de la disparition de David Poisson : «On est tous sous le choc. Les descendeurs, c'est une grande famille intergénérationnelle. Tout le monde respecte tout le monde. Ce n'est pas parce que tu finis trentième que tu es une cloche. Il y a une dimension de la gestion de la peur, de l'engagement qui créé des liens entre les équipes françaises et étrangères. Je pense au groupe là-bas au Canada qui ne peut pas s'appuyer sur les proches et ils ont aussi la suite (de la saison). J'imagine aussi la maman de David puisque son père est décédé il y a peu d'un cancer, sa femme, les enfants. Je ne pense pas que le décès de son père ait joué, David était quelqu'un de solide. T'as vu le morceau ! C'était un bloc. Il s'en était déjà mis des très belles (chutes). Quand tu es skieur, t'es dans ton truc, ce mot, la mort, tu ne veux pas en parler. Ce risque tu l'oublies, enfin tu essaies. Chaque fois que t'es au départ d'une descente tu essaies de l'oublier sinon ce n'est pas la peine d'y aller. La seule chose qu'on peut espérer c'est que David était heureux de faire ça. Mais il n'y a pas de mots. Je pense aussi à Xavier Fournier qui était coach avec Régine (Cavagnoud, décédée en 2001 à l'entraînement). Le risque zéro n'existera jamais en descente. Moi j'ai mon gamin, Niels qui fait de la vitesse, il est champion du monde junior. Ça va le toucher, comme les autres. C'est l'horreur, il n'y a pas de mots.»

Patrice Morisod, ancien patron de l'équipe de France de vitesse masculine jusqu'en 2015 : « (en larmes) C'est un choc pour tout le ski. Se tuer en pratiquant sa passion, c'est injuste. David était un des cadres de l'équipe de France, un battant. C'était une tellement belle famille. Il venait d'être papa d'un petit garçon et de se marier. Il y a des choses dans la vie qui ne sont pas justes. Pour tout l'équipe, c'est juste terrible. »

Commenter cet article  (Pour commenter, vous devez vous inscrire)

 

Votre commentaire - 500 caractères restants

Votre commentaire sera publié dans les plus brefs délais après modération