Brunel : «Pas possible que ça se reproduise»
avant-première abonnés
...
Jacques Brunel n'imagine pas revoir les Bleus commettre autant d'erreurs. (A.  Mounic/ L'Equipe)
Rugby Bleus

Jacques Brunel : «Pas possible que ça se reproduise»

Le sélectionneur de l'équipe de France analyse la faillite des Bleus sur le premier test (11-52), mais il refuse la fatalité de deux nouvelles raclées face aux All Blacks.

Le sélectionneur de l'équipe de France analyse la faillite des Bleus sur le premier test (11-52), mais il refuse la fatalité de deux nouvelles raclées face aux All Blacks.

Depuis une grosse semaine, il souffrait fortement d'une oreille. À force de soins, il va mieux. «Samedi, remarquez, ça m'arrangeait de ne pas bien entendre», plaisantait jeudi à midi Jacques Brunel, après nous avoir accordé une longue interview à l'hôtel des Bleus. Le sélectionneur de l'équipe de France revient, bien entendu, sur la déculottée à l'Eden Park (52-11), analyse le pourquoi. Fidèle à son habitude, Brunel ne s'est pas dérobé devant les questions en cette semaine compliquée.

«À la fin du match à l'Eden Park, avez-vous eu le temps de calculer que vous aviez encaissé un 44-0 en deuxième mi-temps ?

Bien sûr. Ah oui, je le sais (sourire triste). On n'a plus marqué en deuxième mi-temps et le score a enflé. Ces points, je les ai vus passer à une vitesse anormale. Autant à la 50e, on est à 11-11 et ça va à peu près, autant derrière, on prend des essais stupides (sept sur la dernière demi-heure). Un sur un ballon perdu ; derrière on a un carton jaune (Gabrillagues) ; derrière, on prend un maul avec personne dans le côté fermé... Tout ça, c'est trop facile pour les All Blacks. À la 60e, avec quatorze points de retard (25-11), on pense qu'on va rééquilibrer avec des changements. Mais ça s'enchaîne à une vitesse, avec des erreurs énormes.

Du coup, à la fin, vous vous dites - on exagère à dessein - que vous allez rentrer à Paris ? 

Non, non, non. Mais je suis déboussolé par le fait que les essais arrivent sur des choses tellement grossières que ça me paraît invraisemblable. Parce qu'on pensait avoir une défense cohérente, qui marche bien. Là, elle a démontré que ce n'était pas le cas.

«Face aux erreurs qu'on a faites, n'importe qui nous aurait battus»

Vous faites souvent référence au Tournoi, mais les All Blacks sont un ton, et même plusieurs, au-dessus des équipes du Six Nations. 

Non, non, non. Je me...

Pour lire la suite, découvrez notre offre spéciale

Vous avez souscrit à l'offre Pack 10 articles

gagnez avec la France du 1er au 30 juin 2018

à chaque victoire des Bleus,
1€ en moins sur votre abonnement !*

j'en profite

* voir conditions

Il vous reste :
- articles à utiliser

Débloquer cet article
tous les commentaires
commenter cet article
Commenter cet article  (Pour commenter, vous devez vous inscrire)

 

Votre commentaire - 500 caractères restants

Votre commentaire sera publié dans les plus brefs délais après modération
En poursuivant votre navigation sur www.lequipe.fr, vous acceptez les CGU ainsi que l'utilisation de cookies et de technologies similaires, y compris celle de partenaires tiers, pour vous proposer des contenus pertinents et des publicités ciblées en fonction de vos centres d'intérêts.
En savoir plus sur les cookies.   Afficher les CGUs.