Rugby Tournoi

XV de France : Un premier bilan dans ce Tournoi 2018

Quatrième place, victoire de prestige sur l'Angleterre, lancement d'une nouvelle génération mais aussi une image à redorer et un jeu à affiner : le XV de France n'a pas perdu son temps dans le Tournoi des Six Nations 2018 sous la direction de son nouveau coach, Jacques Brunel, nommé il y a moins de trois mois. Premier bilan.

Le fait : nuit agitée à Edimbourg

Ce qui s'est passé en Ecosse à l'issue du deuxième match du Tournoi (perdu) n'est pas resté à Edimbourg. Bagarre dans la rue, retour à l'hôtel trop tardif, plainte (retirée ensuite) d'une jeune femme après une nuit en chambre bleue, enquête de police : la sanction fédérale est vite tombée. Huit joueurs se sont retrouvés au frigo : Iturria, Lambey, Picamoles, Macalou, Belleau, Danty, Lamerat, Thomas. Remplacés par Gabrillagues, Tauleigne, Le Roux, Taofifenua, Babillot, Trinh-Duc, Fickou et Grosso. Occasion saisie pour les nouveaux appelés pour faire oublier les rappelés à l'ordre. Dixit Jacques Brunel, ils postulent tous néanmoins pour la tournée de juin en Nouvelle-Zélande.

Le joueur : Rémy Grosso en force

A la faveur des cartes redistribuées, l'ailier gauche international clermontois (29 ans) lancé par Philippe Saint-André est revenu en jeu. On l'avait oublié depuis son «one shot» contre le Canada (un essai) durant le Mondial 2015. Passé par Lyon et Castres, il a franchi un cap en Auvergne. Puissant, agressif, il a toujours fait avancer le XV de France. Il compte désormais quatre sélections et ne s'arrêtera pas là. Son association possible avec le Francilien Teddy Thomas (24 ans, 10 sélections, 8 essais) est prometteuse.

22 Le nombre de ballons rendus ou égarés face au pays de Galles. La calamité française : un défaut de conservation qui casse le rythme et alimente l'adversaire.

L'événement : Bastareaud, l'étoffe d'un capitaine

Qui aurait dit, il y a seulement un an, que Mathieu Bastareaud deviendrait capitaine du XV de France ? Guilhem Guirado blessé et forfait, le centre toulonnais a parfaitement tenu son rôle. Avec naturel, authenticité, sourires et émotion. Beaucoup d'humilité, aussi. L'homme a mûri et le joueur est aujourd'hui incontournable. Il assure ne faire qu'un intérim. Mais personne ne serait surpris qu'il poursuive lors de la tournée de juin en Nouvelle-Zélande. Et ce serait un sacré pied de nez à une histoire commencée en 2009 sur un rebord de table de nuit.

Le score : 22-16

La victoire tricolore face à l'Angleterre n'est pas anodine. Malgré une conquête défaillante, le XV de France est parvenu à s'imposer sur la vaillance et la défense. Succès fondateur pour l'équipe de Jacques Brunel ? Sans aller jusque-là, les Français avaient besoin d'un marqueur pour confirmer leurs progrès et en tout cas valider le chemin qu'ils ont choisi d'emprunter. Et c'était une victoire face à une des «très grosses» nations mondiales. C'est chose faite.

La déclaration : «Je m'en veux»

Celle de l'ouvreur toulonnais François Trinh-Duc (31 ans, 65 sélections) à l'issue de la défaite au pays de Galles (14-13), samedi. Pour son but de pénalité manqué face aux poteaux la 68e et qui aurait sans doute permis à la France de l'emporter. Elle peut aussi englober son jeu au pied tactique et d'occupation déficient, un en-avant de benjamin avec Fall sur une touche vite jouée sans pression adverse. De quoi donner au Clermontois Camille Lopez et au Toulonnais Anthony Belleau l'occasion de postuler pour la tournée de juin en Nouvelle-Zélande.

Brunel : «Cette équipe pouvait ambitionner de gagner le Tournoi»

tous les commentaires
commenter cet article
Commenter cet article  (Pour commenter, vous devez vous inscrire)

 

Votre commentaire - 500 caractères restants

Votre commentaire sera publié dans les plus brefs délais après modération
En poursuivant votre navigation sur www.lequipe.fr, vous acceptez les CGU ainsi que l'utilisation de cookies et de technologies similaires, y compris celle de partenaires tiers, pour vous proposer des contenus pertinents et des publicités ciblées en fonction de vos centres d'intérêts.
En savoir plus sur les cookies.   Afficher les CGUs.