Rugby Test

Test-match : les Bleus dépassés par les All Blacks à Auckland

Le XV de France a été surclassé (52-11) samedi à l'Eden Park d'Auckland, huit essais à un, par la Nouvelle-Zélande lors du premier des trois test-matches de la tournée de juin. Réaction espérée samedi prochain à Wellington.

Le match : 52-11

Les Bleus du capitaine Bastareaud ne sont pas parvenus à créer l'exploit lors du premier de leurs trois test-matches de juin en Nouvelle-Zélande. Ils se sont lourdement inclinés (52-11), huit essais à un. Pourtant, ils y ont cru... Pendant cinquante-trois minutes. Le temps d'une illusion. Il aura fallu un carton jaune récolté par le deuxième-ligne Paul Gabrillagues pour que ses coéquipiers finissent par craquer sous la pression des All Blacks, lesquels ne se firent pas prier pour plonger la tête bleue sous l'eau, inscrivant trois essais coup sur coup (53e, 56e, 62e) en supériorité numérique, dont deux transformés. Après cela, ce fut la dégringolade.

D'un honorable 11-11 accroché par un XV de France jusque-là héroïque en défense, le score passait à 30-11. S'en était fini du suspense. Une seule question demeurait alors pour les vingt dernières minutes : quel serait l'écart final ? Pourtant, personne ne s'attendait que la France vire en tête à la pause, 11-8, récompense après trois minutes de défense intense et féroce devant sa ligne, bloquant les assauts de Néo-Zélandais ambitieux qui souhaitaient prendre pour la première fois la tête au score plutôt que de viser un triste score nul devant leur public.

A l'essai sur interception de l'ailier Rémy Grosso (7e) après une relance de l'autre ailier bleu, Teddy Thomas, les All Blacks avaient répliqué par une combinaison huilée qui envoyait leur ouvreur Beauden Barrett dans l'en- but bleu (22e) et c'est la botte de l'impeccable Morgan Parra (20e, 36e) qui permettait au XV de France de rêver, même s'il était contré dans l'alignement. D'autant que les All Blacks multipliaient pénaltouches et temps forts en début de seconde période sans marquer.

Mais le carton jaune qui fut infligé aux Bleus (51e) scella au score l'impressionnante domination territoriale néo-zélandaise (74%). 30-11 après les dix minutes de supériorité numérique, donc, puis 45-11 à cinq minutes de la fin d'un match à sens unique pour finir à 52-11... Huit essais à un, l'addition est lourde. Elle est proche celle présentée (62-13) en quart de finale du Mondial 2015, neuf essais à un. En tout cas, elle souligne la différence de niveau qui existe en ce début juin entre un rugby français de Top 14 peu habitué aux longues séquences et la patte néo-zélandaise faite de vitesse, d'adresse et d'intelligence situationnelle, même en début de saison et donc sans rodage. Le XV de France a maintenant une semaine pour relever la tête à Wellington.

12 Il s'agit de la douzième défaite successive encaissée face aux All Blacks par les Tricolores depuis 2009 et la victoire à Dunedin sous le premier capitanat de Thierry Dusautoir.

Le fait : un carton jaune qui coûte double

Jusque-là les Tricolores avaient très bien défendu, en particulier sur les pénaltouches néo-zélandaises et les séquences de percussions axiales devant leur en-but. Mais après la carton jaune récolté par leur deuxième-ligne Paul Gabrillagues pour un plaquage haut sur le centre kiwi Ryan Crotty, les Français accusèrent le coup et se firent déborder par Taylor (53e), Smith (56e) et Ioane (62e). D'un score honorable (11-11) qui témoignait de leur ardeur, ils furent distancés à 30-11 en dix minutes. Quand on sait qu'un carton jaune coûte en moyenne dix points au tableau d'affichage, les Tricolores ont payé ce mauvais geste technique le double du prix.

tous les commentaires
commenter cet article
Commenter cet article  (Pour commenter, vous devez vous inscrire)

 

Votre commentaire - 500 caractères restants

Votre commentaire sera publié dans les plus brefs délais après modération
En poursuivant votre navigation sur www.lequipe.fr, vous acceptez les CGU ainsi que l'utilisation de cookies et de technologies similaires, y compris celle de partenaires tiers, pour vous proposer des contenus pertinents et des publicités ciblées en fonction de vos centres d'intérêts.
En savoir plus sur les cookies.   Afficher les CGUs.