Rugby Coupe d'Europe

Mourad Boudjellal répond (encore) à l'EPCR

Dans le cadre du «SMSgate», Mourad Boudjellal a adressé une nouvelle lettre à l'EPCR où il sous-entend que cette dernière aurait falsifié une preuve.

Rugby - Coupe d'Europe - Mourad Boudjellal est toujours très remonté envers l'EPCR. (A.Mounic/L'Equipe)

Mourad Boudjellal est toujours très remonté envers l'EPCR. (A.Mounic/L'Equipe)

L'EPCR accuse Mourad Boudjellal d'avoir envoyé un SMS d'insulte à un de ses membres. Mourad Boudjella répond qu'il n'en est rien et met ses téléphones à la disposition de la justice après avoir déposé plainte pour usurpation d'identité. L'EPCR avoue que finalement le SMS ne vient pas d'un téléphone de Boudjellal. Et voilà le «SMSgate» qui a considérablement tendu les relations entre l'EPCR et le club varois.

Mais Mourad Boudjellal ne compte pas en rester là. Il sous-entend même dans sa dernière lettre, publiée sur le site du RCT, que l'EPCR aurait pu falsifier la pièce présentée au dossier.

«En effet, votre avocat a produit une pièce comprenant le message texte incriminé sur lequel figure mon nom, pièce qui a servi de base à ma mise en cause devant votre instance disciplinaire et ce d'autant plus que votre préposé en charge de l'instruction a indiqué l'avoir reçu autour du 22 janvier 2018 en pleine phase d'instruction. Face à ma ferme contestation et à la suite de la plainte pénale que j'ai été contraint de déposer, vous affirmez maintenant que le message texte incriminé ne vient pas de moi et vous vous en excusez, ce dont je vous remercie. Cependant pour diligenter des poursuites vous avez associé mon nom à un numéro quelconque afin qu'il apparaisse au-dessus dudit message texte. Votre habile stratagème consiste à préparer une défense en faisant croire que vous avez associé mon nom à un numéro de téléphone erroné.

(...)

Sommes-nous donc en présence d'une fausse pièce construite pour le besoin de la cause afin de sortir l'EPCR de l'embarras dans lequel elle s'est mise en tentant de me sanctionner alors même que je e suis pas soumise à sa juridiction et que mes propos ne sont que l'exercice de ma liberté d'expression ? Après m'avoir pris pour un grossier personnage vous me prenez maintenant pour un imbécile. J'insiste sur le terme "grossier personnage", car je suis persuadé que pour vous, seul quelqu'un portant un nom comme le mien peut envoyer ce genre de message texte.»

tous les commentaires
commenter cet article
Commenter cet article  (Pour commenter, vous devez vous inscrire)

 

Votre commentaire - 500 caractères restants

Votre commentaire sera publié dans les plus brefs délais après modération
En poursuivant votre navigation sur www.lequipe.fr, vous acceptez les CGU ainsi que l'utilisation de cookies et de technologies similaires, y compris celle de partenaires tiers, pour vous proposer des contenus pertinents et des publicités ciblées en fonction de vos centres d'intérêts.
En savoir plus sur les cookies.   Afficher les CGUs.