Rugby Coupe d'Europe RCT

Mourad Boudjellal refuse de payer l'amende infligée par l'EPCR

Joint par nos soins suite à la sanction de 75.000 euros infligée par l'EPCR, Mourad Boudjellal n'entend pas faire appel et ne compte pas non plus payer cette amende. Et pour cause, le président du RCT estime qu'il s'agit d'un «abus de droit».

Rugby - Coupe d'Europe - Mourad Boudjellal a vivement réagi. (A. Mounic/L'Equipe)

Mourad Boudjellal a vivement réagi. (A. Mounic/L'Equipe)

Ce mardi en début d'après-midi, l'EPCR a enfin communiqué sur la sanction infligée à Mourad Boudjellal suite à ses propos de début janvier (75.000 euros plus 25.000 avec sursis et un possible retrait de cinq points à son équipe de Toulon en cas de récidive dans les trois ans). Joint par l'Équipe, Mourad Boudjellal a réagi a cette sanction : «L'EPCR a inventé un nouveau mode de procédure, à savoir être partie civile et juge. Après que les règlements de l'EPCR ont parlé, de mon côté, je vais faire parler le droit. Je ne ferai pas appel de cette sanction. Je ne la paierai pas non plus. Par contre, je suis un peu soulagé car ce que je redoutais le plus c'est que l'EPCR m'incarcère ou me retire mon passeport avant de partir en vacances. Quoi qu'il arrive, il s'agit d'un abus de droit et d'une méconnaissance du droit français. Je suis surpris. Le spectacle va commencer.»

Le communiqué a rendu Boudjellal furieux

Cinq minutes plus tard, c'était au tour du président du RCT de nous joindre. «Ils m'accusent de propos homophobes !», s'est exclamé surpris Mourad Boudjellal. En effet, dans son communiqué de presse annonçant la sanction, l'EPCR écrit notamment : «À la suite du match de la 5e journée de la Champions Cup entre le RC Toulon et le Benetton Rugby le 14 janvier 2018, M. Boudjellal a réagi par des propos qui, entre autres démontraient un comportement homophobe, et faisaient preuve de discrimination, insultaient différents groupes et jetaient le discrédit sur le rugby par des attaques, des critiques et des paroles dénigrantes envers l'EPCR.» «Je vais porter plainte pour diffamation !, nous a assuré Mourad Boudjellal, furieux, qui a ensuite précisé par communiqué avoir déjà entrepris cette démarche auprès du Tribunal correctionnel de Toulon. Je n'ai jamais tenu de propos homophobes. C'est grave ce qu'ils écrivent ! Qui ai-je discriminé ? Ceux qui me suivent dans mes différentes interventions sur différents sujets de société savent que je n'ai jamais été homophobe. J'ai été pour le mariage pour tous, pour l'adoption. Je n'ai pas le moindre soupçon. C'est pire que l'amende de me traiter d'homophobe. C'est traumatisant.»

Le feuilleton entre Mourad Boudjellal et l'EPCR devrait donc se poursuivre devant les tribunaux.

tous les commentaires
commenter cet article
Commenter cet article  (Pour commenter, vous devez vous inscrire)

 

Votre commentaire - 500 caractères restants

Votre commentaire sera publié dans les plus brefs délais après modération
En poursuivant votre navigation sur www.lequipe.fr, vous acceptez les CGU ainsi que l'utilisation de cookies et de technologies similaires, y compris celle de partenaires tiers, pour vous proposer des contenus pertinents et des publicités ciblées en fonction de vos centres d'intérêts.
En savoir plus sur les cookies.   Afficher les CGUs.