Rugby Coupe d'Europe MHR

Louis Picamoles : «Ça fait mal de prendre 40 points»

Louis Picamoles, le capitaine de Montpellier, a reconnu avec lucidité la supériorité d'Exeter, qui a donné une leçon au MHR au Sandy Park, ce samedi (41-10). Et le numéro huit sait que son club ne maîtrise plus son destin européen, avant la dernière journée la semaine prochaine.

Rugby - Coupe d'Europe - Louis Picamoles, n°8 de Montpellier. (F.Mons/L'Equipe)

Louis Picamoles, n°8 de Montpellier. (F.Mons/L'Equipe)

«On attendait un choc entre le leader du championnat d'Angleterre et celui du Top 14. Au final, la différence a paru grande ?
Le score est sévère mais mérité, au vu de la deuxième mi-temps où on n'a pas existé. C'est une grosse déception, beaucoup de frustration, parce qu'on était venus ici avec un peu plus d'ambition que ce qu'on a pu montrer. Ça fait mal de prendre 40 points, mais on a vu un écart entre les deux équipes. Pas tant sur l'investissement, mais sur  la maîtrise de son rugby et la capacité à scorer dès qu'il y a une occasion. C'est ce qu'on n'a pas su faire.

Est-ce par le rythme qu'elle vous imposait qu'Exeter vous a mis en difficulté ?
C'est une équipe qui joue beaucoup oui. Il y  en a aussi en Top 14, comme La Rochelle, qui proposent quelque chose de similaire, mais Exeter, c'est peut-être l'équipe en Europe qui joue le plus aujourd'hui ! En première mi-temps, on a bien défendu, on prend un essai sur une seule erreur, la seule brèche qu'on prend... Et en deuxième mi-temps, on a moins respecté le système, on était deux ou trois dans les rucks... Et on savait très bien qu'à partir du moment où on se consommait, on manquait de circulation, avec les qualités de jeu qu'ils avaient, leur maîtrise du ballon, on risquait de leur courir derrière. Et c'est exactement ce qui s'est passé. Ça fait cher à la fin.

«Exeter, c'est peut-être l'équipe en Europe qui joue le plus aujourd'hui !»

Pourquoi avez-vous montré ces deux visages dans ce match, solide en première mi-temps, inexistant en seconde ?
Je ne pense pas que c'était parce qu'on était physiquement dans le dur. La différence entre nos deux équipes, c'est qu'eux n'ont pas fait d'erreurs ! Nous, on a été plusieurs fois chez eux en première mi-temps, mais on repartait avec zéro point.

Cette défaite vous ramène sur terre ?
Non. Je n'ai pas l'impression au quotidien de voir une équipe qui se croit arrivée ou qui se sent supérieure. On savait que ça allait être dur ! Exeter est premier du championnat anglais. Il ne faut pas oublier que c'est une équipe qui se construit depuis six ou sept ans et en récolte les fruits depuis deux ou trois ans. C'est une équipe qui évolue ensemble depuis un moment, avec peu de changements, ils se connaissent par cœur, leur système de jeu est maîtrisé par tous... Et nous, on est en train de construire ! Il y a des choses positives, mais ça montre qu'il nous reste beaucoup de travail.

«On est en train de construire ! Il y a des choses positives, mais ça montre qu'il nous reste beaucoup de travail.»

Croyez-vous encore en vos chances de qualification pour les quarts, alors qu'Exeter vous est repassé devant ?
On va se préparer pour faire un dernier match à domicile de qualité (contre le Leinster, leader de la poule). On va essayer de bien récupérer parce que c'était un match avec beaucoup de combat et d'engagement... Les calculs, on les fera après, même si c'est vrai qu'on ne maîtrise plus rien, à part le résultat de notre dernier match. S'il y a une surprise à la fin, tant mieux. Sinon, ça nous permettra de construire pour la suite.»

Tous les commentaires
Commenter cet article  (Pour commenter, vous devez vous inscrire)

 

Votre commentaire - 500 caractères restants

Votre commentaire sera publié dans les plus brefs délais après modération
En poursuivant votre navigation sur www.lequipe.fr, vous acceptez les CGU ainsi que l'utilisation de cookies et de technologies similaires, y compris celle de partenaires tiers, pour vous proposer des contenus pertinents et des publicités ciblées en fonction de vos centres d'intérêts.
En savoir plus sur les cookies.   Afficher les CGUs.