Rugby FRA/NZL

Les petits Bleus s'inclinent fièrement face à la Nouvelle-Zélande à Lyon

La sélection française, guidée par le deuxième-ligne toulousain Yoann Maestri, a tenu son rang face aux All Blacks bis en s'inclinant (23-28), trois essais à quatre, mardi soir à Lyon.

Le match : 23-28

Une des particularités du rugby et de ses arcanes insondables consiste à présenter au public, lyonnais en l'occurrence, une rencontre internationale sans label. Un test, donc, mais pas de sélection... Pour autant, ce match atteignit parfois le plus haut niveau autant qu'il sombra dans le vague. Le staff tricolore aura peut-être trouvé son bonheur (Lacroix, Chat, Maestri, Trinh-Duc) dans le Rhône. Quant aux kiwis, ils sont partis le soir même vers l'Ecosse pour la suite de leur tournée.

Après une première période où ils firent jeu égal avec la Nouvelle-Zélande bis, mardi à Lyon, pour virer en tête à la pause (15-14) grâce à deux exploits de leur ailier, le gracile Rochelais Gabriel Lacroix, et douze minutes au cours desquelles ils firent preuve de solidarité et de volonté devant l'en-but pour endiguer la marée noire, les Français craquèrent ensuite et encaissèrent deux nouveaux essais (Tuipolutu à la 52e et Laumape, 56e) marqués en force par ces Blacks bis.

A l'heure de jeu, les Français parvinrent à revenir un peu au score (18-28) grâce à un but de pénalité signé Jules Plisson (61e) mais loupèrent une belle occasion de marquer (70e) sur pénaltouche et ballon porté, les All Blacks en infériorité numérique (carton jaune contre Goodhue (69e) pour plaquage sans ballon) parvenant à contrer l'alignement français.

A Saint-Denis comme à Lyon, on a vu des Néo-Zélandais préférer commettre des fautes intentionnelles devant leur en-but plutôt que de laisser l'adversaire les dominer. Cela leur a réussi. Au courage et avec le talent de Sekou Macalou, auteur d'une percée majuscule (72e), France B s'incline fièrement (23-28) devant les Blacks bis, trois essais à quatre.

16 Comme le nombre d'internationaux français sur la feuille de match. Seuls Lacroix, Lesgourgues, Tauleigne, Macalou, Hamadache, Priso et Gomes Sa ne comptaient aucune sélection avec le XV de France.

Le joueur : Gabriel Lacroix, géant sur son aile

Pour ses premiers vrais faux débuts sous un maillot tricolore, le filiforme ailier rochelais Gabriel Lacroix (1,71m, 80 kg) a marqué les esprits en inscrivant deux essais. Le premier mis en débordement par son arrière Scott Spedding après un magnifique travail de passe de Camille Chat et de François Trinh-Duc (15e), le second sur une interception (27e) et quatre-vingt mètres de course solitaire. A noter aussi son excellente défense (49e) d'homme à homme pour sauver un essai. Ce petit gabarit mérite d'être rapidement sélectionné avec le grand XV de France.

Commenter cet article  (Pour commenter, vous devez vous inscrire)

 

Votre commentaire - 500 caractères restants

Votre commentaire sera publié dans les plus brefs délais après modération