Rugby Tests

L'Angleterre termine en Afrique du Sud sur une bonne note

Le XV de la Rose, battu lors des deux premiers tests, l'a emporté (25-10) sur la pelouse détrempée du stade Newlands au Cap grâce à la botte de son centre Owen Farrell.

Rugby - Richard Escot - Jonny May, auteur du seul essai anglais. (  Reuters)

Jonny May, auteur du seul essai anglais. ( Reuters)

Pour l'honneur. Tel était l'enjeu de ce troisième test-match, les Springboks ayant remporté auparavant les deux premiers : 42-39 à Johannesburg, et 23-12 à Bloemfontein, pour sceller la série. Ça manquait forcément un peu de motivation, côté sud-africain. Quant aux Anglais, ils attendaient visiblement avec impatience d'en finir avec une saison peu glamour au milieu de polémiques attisées par leur entraîneur Eddie Jones. Mais décidés, néanmoins, à «faire le job» pour ne pas rentrer penauds au pays.

On regrettera donc que ce troisième test entre Sud-Africains et Anglais ne se soit pas disputé sous un toit fermé et sur une pelouse synthétique, comme ce fut le cas entre Néo-Zélandais et Français quelques heures plus tôt à Dunedin. A la pause, plutôt que cinq essais, les deux équipes n'avaient inscrit que trois buts de pénalité. Et l'Angleterre, qui voulait mettre fin à une série de six défaites de rang depuis le Tournoi des Six Nations, virait petitement devant (3-6).

Farrell et Cipriani scellent ce succès au pied

Sur une pelouse détrempée, les Anglais avaient commis le plus grand nombre de fautes de mains (6) au coeur de leur domination, assez pour rater en cette première période de belles occasions. Pourtant autant, personne ne s'était mis en position de marquer le moindre essai. Il faut dire que le ballon était aussi difficile à attraper qu'une olive au fond d'un bocal. De cette bouillie de rugby, qui ressemblait à un festival d'auto-tamponneuses dans la rizière, émergea l'essai du centre Jesse Kriel (46e) recueillant une subtile passe au pied de son arrière Warrick Gelant.

Mais si les Springboks prenaient la tête au score (10-9), c'était de courte durée puis qu'Owen Farrell ajoutait trois buts de pénalité (50e, 58e, 75e) pour sanctionner l'indiscipline de Sud-Africains pas très motivés et permettre à l'Angleterre, très old school, de l'emporter (25-10) sans se rassurer, si ce n'est sur ses fondamentaux, à savoir la conquête et le jeu au pied. Car c'est sur une séquence de ce type - passe au pied de Danny Cipriani - que l'ailier anglais Jonny May inscrivit le seul essai des siens, tout à fait en coin.

tous les commentaires
commenter cet article
Commenter cet article  (Pour commenter, vous devez vous inscrire)

 

Votre commentaire - 500 caractères restants

Votre commentaire sera publié dans les plus brefs délais après modération
En poursuivant votre navigation sur www.lequipe.fr, vous acceptez les CGU ainsi que l'utilisation de cookies et de technologies similaires, y compris celle de partenaires tiers, pour vous proposer des contenus pertinents et des publicités ciblées en fonction de vos centres d'intérêts.
En savoir plus sur les cookies.   Afficher les CGUs.