Rugby Bleus

Guy Novès: «Je le vis très mal»

Pour la première fois depuis son éviction, Guy Novès s'est exprimé dans les colonnes du JDD.

Rugby - France - Guy Novès est sorti de son silence. (A.Mounic/L'Equipe)

Guy Novès est sorti de son silence. (A.Mounic/L'Equipe)

Plus de 10 jours après l'annonce de son départ et de son remplacement par Jacques Brunel, Guy Novès a pris la parole. Dans les colonnes du JDD, l'ancien sélectionneur du XV de France s'est dit choqué par cette décision. «Je le vis toujours très mal, explique-t-il. Depuis que la presse m'a appris mon éviction, je n'arrive toujours pas à comprendre pourquoi je ne pourrai jamais réaliser l'objectif que nous nous étions fixés en 2016 lors de ma prise de fonction. Celui de construire un projet de jeu et un groupe de joueurs destinés à être performants, non pas immédiatement, mais en vue de la Coupe du monde 2019, comme certaines équipes, à l'instar de l'Angleterre, ont su le faire.»

Novès évoque la «désorganisation» à laquelle il a été confronté au sein de la Fédération. «Avant de partir en Afrique du Sud, la FFR a décidé d'un plan de communication sans aucun objectif rugbystique en choisissant de constituer deux groupes de joueurs, l'un pour Mayotte, l'autre pour La Réunion, raconte-t-il pour illustrer son propos. Nous n'étions pas dans les conditions et dans le perfectionnisme qu'exige le haut niveau. Faire de la représentation n'est pas ma priorité.» Autre exemple cité par l'ancien sélectionneur : la rencontre à Lyon face aux All Blacks.

«Je tombe des nues et cela me choque»

Il défend aussi sa méthode et son management auprès des joueurs : «Les nombreux soutiens que je reçois encore à l'heure actuelle de la part des joueurs que j'ai sélectionnés démontrent que j'ai justement su les fédérer et être apprécié d'eux. (...) Je pense être fédérateur et profondément humain.» La méthode utilisée pour le limoger, elle, l'a surpris. «Une décision a été prise à l'issue d'un audit décidé et mené par Serge Simon. Je ne connais pas les questions qu'il a choisi de poser ni la méthode employée et encore moins ses conclusions que ne m'ont jamais été présentées. (...) Cet audit a été détourné de son objet officiel pour servir de justification, a posteriori, à la décision prise à mon égard.»

Alors que la FFR a entamé une procédure de licenciement pour faute grave, évoquant notamment un manque de communication avec les clubs du Top 14, Novès a réagi de manière véhémente : «Je tombe des nues et cela me choque. (...) J'ai toujours fonctionné en étroite concertation avec les clubs. Ce serait une aberration de dire le contraire. J'ai toujours ouvert Marcoussis à l'ensemble du rugby français quand cela était possible. Bernard Laporte a l'air de dire que je suis le responsable d'une absence de relations entre les clubs et la Fédération et qu'il faut maintenant les rétablir de façon urgente. C'est parfaitement faux.» Autant dire que le contentieux entre la FFR et Novès risque d'être long à régler...

Tous les commentaires
Commenter cet article  (Pour commenter, vous devez vous inscrire)

 

Votre commentaire - 500 caractères restants

Votre commentaire sera publié dans les plus brefs délais après modération
En poursuivant votre navigation sur www.lequipe.fr, vous acceptez les CGU ainsi que l'utilisation de cookies et de technologies similaires, y compris celle de partenaires tiers, pour vous proposer des contenus pertinents et des publicités ciblées en fonction de vos centres d'intérêts.
En savoir plus sur les cookies.   Afficher les CGUs.