Rugby FFR

Christian Dullin : «Novès n'est pas malheureux»

Le secrétaire général de la Fédération française de rugby, Christian Dullin, s'exprime dimanche dans les colonnes du Dauphiné Libéré sur l'éviction de l'ex-sélectionneur Guy Novès qui, selon lui, «n'est pas malheureux».

Rugby - Bertrand Lagacherie - Christian Dullin, secrétaire général de la FFR. (R.Martin/L'Equipe)

Christian Dullin, secrétaire général de la FFR. (R.Martin/L'Equipe)

Christian Dullin justifie la méthode employée par la FFR pour se séparer de Guy Novès, qui a choqué dans le milieu de rugby. La Fédération reproche une faute grave à l'ancien patron des Bleus pour justifier la rupture de son contrat, qui courait jusqu'en 2019.

«La forme ? Quand on veut se séparer de quelqu'un, soit on lui dit qu'il est le plus beau, le meilleur, qu'on va le garder, mais c'est une grande hypocrisie, soit parce qu'il y a quand même 3 millions d'euros en jeu (les indemnités de licenciement), on met fin à cette collaboration. Novès prend 40 000 euros par mois (35 000 euros bruts selon nos informations) et de ce que nous disent nos avocats, à 40 000 euros par mois, on peut entamer une procédure de licenciement pour faute grave. La forme, la méthode... On n'est pas dans le monde des Bisounours. Guy Novès n'est pas malheureux, il ne le sera pas.»

Depuis dimanche dernier, l'ancien manager du Stade Toulousain multiplie les interviews dans lesquelles il fait part de son abattement, sans doute pour faire valoir un préjudice moral. Jeudi, il a annoncé qu'il saisissait les prud'hommes.

tous les commentaires
commenter cet article
Commenter cet article  (Pour commenter, vous devez vous inscrire)

 

Votre commentaire - 500 caractères restants

Votre commentaire sera publié dans les plus brefs délais après modération
En poursuivant votre navigation sur www.lequipe.fr, vous acceptez les CGU ainsi que l'utilisation de cookies et de technologies similaires, y compris celle de partenaires tiers, pour vous proposer des contenus pertinents et des publicités ciblées en fonction de vos centres d'intérêts.
En savoir plus sur les cookies.   Afficher les CGUs.