MMA UFC 220

Les cinq raisons qui font que Francis Ngannou peut conquérir la ceinture des poids lourds de l'UFC

Opposé à Stipe Miocic dans la nuit de samedi à dimanche, Francis Ngannou peut être le premier Africain à conquérir un titre à l'UFC. Découvrez les cinq raisons qui font du Camerounais un prétendant plus que crédible au titre suprême dans la catégorie reine.

MMA - Rémy Fière - Francis Ngannou est à un combat de la ceinture. (F. Robert jean/L'Equipe)

Francis Ngannou est à un combat de la ceinture. (F. Robert jean/L'Equipe)

1. Une envie irrrépressible

Depuis deux ans et son premier combat à l'UFC, la trajectoire de Francis Ngannou semble rapide et parfaite. Des adversaires de plus en plus forts, des victoires (6) sans coup férir, des K.-O. qui marquent les mémoires... Il ne lui reste qu'une étape à franchir. On ne voit pas ce qui pourrait l'arrêter tant le Camerounais respire la sérénité. Et l'absence de doute. Comme s'il était persuadé que tout était déjà écrit... Et qu'enfin, à 31 ans, il pourra se venger d'une existence qui fut longtemps difficile.

2. Un coach de légende

Même si leurs chemins se sont un peu séparés depuis que Francis Ngannou est parti s'installer à Las Vegas, Fernand Lopez, charismatique créateur de la MMA Factory de Paris et coach révélateur de talents, a le don pour mettre ses combattants dans les meilleures dispositions. Bourreau de travail, entraîneur multi-diplômé, celui qui passe des nuits à regarder des vidéos et à travailler sur les combats de ses protégés, n'a jamais rien laissé au hasard. Il sera au bord de la cage, même si, à l'intérieur, c'est Ngannou qui mènera le bal.

3. Un homme en forme

On pourrait craindre que deux combats dans un laps de temps si rapproché - moins de deux mois - soit une gageure. Mais Francis Ngannou a si rapidement mis K.-O. Alistair Overeem en décembre dernier, après 92 secondes, que c'est comme s'il n'avait pas combattu. Si son uppercut dévastateur a été sacré «K.-O. de l'année», Francis a surtout signé une nouvelle victoire sans prendre un coup. Il lui a donc juste suffi de continuer sur sa lancée pour rester prêt à affronter Stipe Miocic, le tenant du titre.

4. Une préparation très physique

C'est le particularisme de la préparation à l'américaine, notamment à l'UFC Institute de Las Vegas, où Ngannou a désormais pris ses quartiers. Résultat ? Des fibres plus denses et de la masse musculaire en plus, selon Fernand Lopez. Ngannou est même arrivé à Boston avec trois kilos supplémentaires. «Rien de grave, il les perd doucement», expliquait le coach à quelques jours du grand rendez-vous. Obligatoire : selon les règles de l'UFC, un poids lourd ne peut pas dépasser 120 kilos.

5. Un combattant de plus en plus complet

Même s'il est toujours considéré comme un «striker», un combattant qui préfère rester debout et utiliser ses poings, ses coudes, ses genoux ou ses pieds plutôt que de combattre au sol, Francis Ngannou a fait d'énormes progrès, en lutte notamment. Lors de ces deux dernières semaines, il est venu à la MMA Factory, à Paris, à la fois pour casser la routine mais aussi parce que Fernand Lopez lui avait concocté des séances courtes mais intenses face à des lutteurs de renom. Fernand Lopez et Francis Ngannou ont ainsi eu le temps de mettre au point quelques «petits secrets» que l'on pourrait découvrir dans la nuit de samedi à dimanche.

tous les commentaires
commenter cet article
Commenter cet article  (Pour commenter, vous devez vous inscrire)

 

Votre commentaire - 500 caractères restants

Votre commentaire sera publié dans les plus brefs délais après modération
En poursuivant votre navigation sur www.lequipe.fr, vous acceptez les CGU ainsi que l'utilisation de cookies et de technologies similaires, y compris celle de partenaires tiers, pour vous proposer des contenus pertinents et des publicités ciblées en fonction de vos centres d'intérêts.
En savoir plus sur les cookies.   Afficher les CGUs.