Running

Un Américain de 72 ans a couru le 2000e marathon de sa vie

Dans le monde de la course à pied, Larry Macon a franchi une barrière à peine imaginable en ce mois de décembre : l'Américain de 72 ans a participé à son 2000e marathon. La définition même de l'addiction au running.

Tous sports - Ilosport - A San Antonio au début du mois, Larry Macon a été célébré pour son exploit. (MarathonManiacLarry/D.R)

A San Antonio au début du mois, Larry Macon a été célébré pour son exploit. (MarathonManiacLarry/D.R)

Il est loin d'être un athlète connu, pourtant, Larry Macon est habitué aux exploits. Début décembre, dans sa ville natale de San Antonio, l'homme de 72 ans a bouclé un marathon en 7h16m31s. Mais la beauté de sa performance est ailleurs : c'était la 2000e fois qu'il terminait une course de 42,195km. Il est le premier athlète américain à atteindre ce cap.

Un mensonge qui le pousse à commencer la course

Cette performance est d'autant plus remarquable que le Texan est tombé amoureux de la course à pied sur le tard. Cette romance a débuté par un mensonge, alors qu'il avait déjà passé le cap de la cinquantaine.

Celui qui était alors avocat avait déclaré à des collègues qu'il préparait un marathon quand il avait trop honte de révéler qu'il avait travaillé tout le week-end. Trois semaines plus tard, il se présentait pour la première fois de sa vie sur la ligne de départ d'une course. Pas la dernière. Le running est vite devenu une passion, puis une addiction.

Il a couru au moins trois marathons dans chaque état américain. Son meilleur temps est de 4h15m. Mais son vrai record est ailleurs. Le septuagénaire a son nom dans le livre Guinness des records depuis qu'il a pris part à 105 marathons en un an, en 2008. Un chiffre incroyable qu'il a amélioré pendant cinq ans. La barre actuelle a été fixée à 239 entre le 1er décembre 2012 et le 30 novembre 2013.

84 390 kilomètres en courses officielles

Lors d'épreuves officielles de course à pied, il a donc parcouru 84 390 kilomètres. Sa recette pour atteindre un tel chiffre parait presque simple : courir au moins deux marathons par week-end, ne pas se focaliser sur le temps et ne pas se blesser. Un triptyque qui l'a déjà porté loin. Mais pas aussi loin que ses foulées.

Tous les commentaires
Commenter cet article  (Pour commenter, vous devez vous inscrire)

 

Votre commentaire - 500 caractères restants

Votre commentaire sera publié dans les plus brefs délais après modération
En poursuivant votre navigation sur www.lequipe.fr, vous acceptez les CGU ainsi que l'utilisation de cookies et de technologies similaires, y compris celle de partenaires tiers, pour vous proposer des contenus pertinents et des publicités ciblées en fonction de vos centres d'intérêts.
En savoir plus sur les cookies.   Afficher les CGUs.