Spécial L'Équipe Sport et Santé

Un sport peut en cacher un autre

Quand certaines disciplines ne permettent d'affiner qu'une seule partie du corps, il peut être ingénieux d'en mixer plusieurs afin de faire travailler toute la musculature. Quels sont les combos gagnants ?

Tous sports - Spécial L'Équipe thématique - Un sport peut en cacher un autre. (iStock/D.R)

Un sport peut en cacher un autre. (iStock/D.R)

Course + yoga : on vise la profondeur

Si en running vous sollicitez surtout vos jambes, avec le yoga vous aurez l'occasion de faire appel à des muscles profonds et stabilisateurs qui sont souvent négligés. Le yoga permet également de renforcer les articulations et d'étirer les muscles tout en améliorant la souplesse, ce qui, à terme, permet d'avoir une meilleure foulée.

Natation + cyclisme : idéal à l'intersaison

L'exercice dans l'eau favorise l'allongement des muscles et développe les capacités cardio-vasculaires. On peut aisément dépenser autant voire plus de calories sous l'eau qu'en transpirant sur la terre ferme, mais visez plutôt l'endurance en multipliant les longueurs avec une planche ou des palmes, ce qui complétera les sorties longues et intenses à vélo.

Yoga + Pilates : s'assouplir en harmonie

Le Yogalates a été inventé par une Australienne, Louise Solomon, pour combiner les bienfaits des deux disciplines très en vogue. Entre postures d'assouplissement, exercices tonifiants et techniques respiratoires, l'ambiance est à l'écoute de son corps et à la relaxation. Les muscles sont raffermis et les tensions libérées. Ou comment avoir un esprit sain dans un corps sain.

Tennis + sports co : pour améliorer sa motricité

Le football, le hand, le volley... impliquent des déplacements rapides, des changements de direction et des arrêts, mais les sports collectifs permettent aussi de développer la vision périphérique et la prise de décision instinctive en fonction de la situation. Parfait pour améliorer son jeu sur le court.

Ski + renfo musculaire : pour limiter la casse

Pour dévaler sereinement les pistes, mieux vaut avoir une musculature qui assure. Les cuisses et les genoux sont les plus sollicités. Pour les tonifier et ainsi limiter les blessures, le renforcement musculaire est conseillé. Les exercices stars ? Les squats et les fentes. Sans oublier la corde à sauter, l'un des exercices physiques les plus complets.

Golf + escalade : à la force du poignet

Pratiquer des swings à répétition demande une bonne mobilité du poignet. Pour l'améliorer ou pour limiter douleurs et tendinites, on mise sur l'escalade, outdoor ou en salle, pour renforcer les muscles fléchisseurs et extenseurs du poignet, très sollicités aussi lorsqu'on grimpe. On pourra ainsi améliorer leur force et leur résistance. Et swinguer à volonté.

Manon, 23 ans : « Je n'aimais pas le sport mais c'est grâce à lui que je m'épanouis. »

Sa mère l'a toujours poussée à faire une activité physique, de la danse, de l'équitation, du judo... mais peine perdue, Manon n'a jamais accroché. Le sport au collège, encore pire : « J'aimais pas du tout, je me sentais fatiguée, jamais bien », dit-elle. Puis, il y a deux ans, elle découvre le pole dance dans un reportage télévisé : « J'ai trouvé ça joli, artistique, c'était un mélange de danse, de gym, d'acrobatie. » Elle repère un cours à une heure de route de chez elle, ce qui ne la décourage pas : « J'ai découvert que je m'amusais, que je prenais du plaisir, je n'avais pas l'impression de faire du sport, mais le lendemain j'étais pleine de courbatures ! J'avais mal mais je m'amusais tellement pendant le cours... » Quelques mois plus tard, elle s'inscrit dans une salle de fitness pour faire du renforcement musculaire avec un objectif : progresser, « car pour réussir les figures avancées, acrobatiques, cela demande beaucoup de force dans les bras, de bons abdos. »Fin août, après une formation de pole dance à Paris, elle ouvre avec ses économies l'« Addict' Pole, le studio de Manon » à Alès, dans le Gard. Sacrée reconversion pour cette comptable qui répète en riant : « Qui aurait pensé ça ? Je n'aimais pas le sport mais c'est grâce à lui que je m'épanouis. J'aimerais bien voir la tête de mes profs de sport, eux qui disaient que j'étais pas investie, absente et sans envie ! » Régulièrement, elle retourne à Paris se former à de nouveaux agrès, prenant des cours de cerceaux aériens, de drap aérien : « Au début, vu mon passé de non sportive, personne autour de moi n'y croyait, ils pensaient que c'était une lubie. Aujourd'hui, ils sont tous derrière moi. »
Commenter cet article  (Pour commenter, vous devez vous inscrire)

 

Votre commentaire - 500 caractères restants

Votre commentaire sera publié dans les plus brefs délais après modération