Bien-être

Les différentes blessures du genou

Qui dit pratique d'une activité physique dit, aussi, risque de blessure. Avec le masseur-kinésithérapeute Erwan Fonson, nous nous sommes penchés sur les problèmes de genou.

Tous sports - Julien Giovanella - (Photo Shutterstock)

(Photo Shutterstock)

La tendinite du tendon rotulien

Le problème :

« Pratiquer le fitness, la musculation ou le running, par exemple, peut engendrer des tendinites du tendon rotulien (tendinite du quadriceps). C'est en dessous de la rotule. Ceux qui en souffrent ressentent des douleurs, surtout après l'effort. Si ça s'aggrave, ça devient pendant l'effort et là, ça devient vraiment gênant pour la pratique, explique Erwan Fonson, masseur-kinésithérapeute.

On le voit chez certains tennismen, comme Rafael Nadal, qui peut porter cette espèce de bracelet en dessous du genou pour maintenir la pression sur le tendon. »

La solution :

« Bien glacer, étirer à fond le quadriceps pour essayer de détendre le muscle, qui va arrêter de tirer sur le tendon ; faire un petit break ou adapter l'entraînement en fonction des douleurs, pour laisser passer la tendinite : en d'autres termes, calmer l'inflammation pour, ensuite, reprendre l'entraînement. »

« En kiné, on peut faire un MTP (massage transverse profond) ou des ondes de choc : on va taper dedans pour cicatriser. Pour soulager le tendon, il y a aussi la physiothérapie. Le but, c'est de "re-favoriser" les fibres de collagène au sein de ce tendon pour qu'il reprenne de l'élasticité, et, ainsi, calmer l'inflammation. »

Le syndrome de l'essuie-glace

Le problème : 

«Ce qui est très répandu chez le coureur et celui ou celle qui fait de la musculation sans s'étirer, c'est le syndrome de l'essuie-glace. C'est comme si on avait un essuie-glace qui passait sur le trou d'une vitre ou sur un caillou. Ça va passer une fois, deux fois, et après, ça va exploser l'essuie-glace. C'est une bandelette fibreuse qui va passer sur un tubercule (une aspérité de l'os). Quand on court, comme il est tendu, ça va frotter fort. Plus on va courir, plus on va l' "inflammer". »

La solution : 

« Il faut beaucoup étirer : on étire le TFL (tenseur du facia lata) ; il existe aussi des exercices de posture, d'assouplissement, type yoga, pour essayer de détendre vraiment toute la chaîne, avec les fessiers, et on va glacer. Dès qu'il y a une inflammation, on étire et on glace. Le kiné va faire un travail d'assouplissement, de renforcement des fessiers, pour que ces fessiers et toute la chaîne latérale soient beaucoup plus forts. Après, on peut aussi mettre du tape pour soulager, ces patchs de couleur qu'ont les tennismen ou les footballeurs. Et il faut du repos. »

« Après, les coureurs peuvent faire un cycle de course où il y aura beaucoup moins d'attaques avec le talon et beaucoup plus d'attaques avec la pointe de pied, ce qui soulage les contraintes au niveau du pied ; et c'est beaucoup moins traumatisant pour le genou. Afin de mettre moins de charge, ils peuvent aussi adapter et faire plus de fractionné et moins de longues distances, avant de repartir ensuite sur les longues distances. »

(Photo Shutterstock)
(Photo Shutterstock)

L'entorse de genou

« Ça peut arriver aux personnes qui font du trail, par exemple. Sur des appuis, le genou va se dérober. Soit c'est interne, soit c'est externe. Il faut aller passer des examens, il y aura une immobilisation un certain temps. On reprendra ensuite le travail avec le kiné, dans l'axe, pour retrouver les amplitudes. On ne pourra plus faire de sport pendant trois à six semaines selon la gravité. »

Les problèmes de ménisque

« Ce sont des pathologies d'usure. C'est comme si on avait des coussinets dans le genou, qui s'usent. Ça peut provoquer une déchirure du ménisque. Il faut aller passer une imagerie et rencontrer un spécialiste du genou pour savoir s'il y a opération ou pas. Si l'on ressent des douleurs à l'accroupissement ou si le genou se bloque quand on s'accroupit, ça veut dire que le ménisque est vraiment fatigué, déchiré, et qu'il y a une partie qui bouge à l'intérieur ; il ne faut plus courir dessus. Ce sont des cas extrêmes, c'est lourd de conséquences mais ce n'est pas grand-chose comme opération, on récupère vite. »

La rupture des ligaments croisés

« C'est la plus grosse blessure traumatique au niveau du genou, la plus lourde. On en voit sur des sports de changements d'appuis, de vitesse ou de contact, comme le tennis, le football ou le ski. C'est opération et six mois de rééducation derrière avant de pouvoir reprendre le sport. »

Tous les commentaires
Commenter cet article  (Pour commenter, vous devez vous inscrire)

 

Votre commentaire - 500 caractères restants

Votre commentaire sera publié dans les plus brefs délais après modération
En poursuivant votre navigation sur www.lequipe.fr, vous acceptez les CGU ainsi que l'utilisation de cookies et de technologies similaires, y compris celle de partenaires tiers, pour vous proposer des contenus pertinents et des publicités ciblées en fonction de vos centres d'intérêts.
En savoir plus sur les cookies.   Afficher les CGUs.