Hockey NHL

Coupe Stanley : Washington champion après sa victoire contre Las Vegas !

Les Washington Capitals ont remporté la Coupe Stanley pour la première fois de leur histoire en s'imposant 4-3 lors du match 5 chez les Vegas Golden Knights.

Hockey sur glace - Hockey sur glace -

Enfin ! Après quarante-quatre ans d'attente pour la franchise et treize saisons de patience pour leur star Aleksandr Ovetchkine, les Washington Capitals ont enfin remporté leur première Coupe Stanley. Jeudi soir, pour valider leur titre, ils ont remporté un match fou sur la glace des Vegas Golden Knights (4-3), terminant la série quatre victoires à une. «C'est juste incroyable, a explosé Ovetchkine, sacré meilleur joueur des play-offs (trophée Conn Smythe). Je ne sais pas quoi dire. Je suis tellement heureux pour mes coéquipiers, nos fans, ceux qui sont venus ici pour le match.» Une référence à un bon tiers des spectateurs de la T-Mobile Arena habillés de rouge.

Comme s'il fallait ajouter de la dramatique à une fin de match où Vegas a tenté de refaire son retard, l'horloge a cessé de tourner pendant de longues secondes dans l'arène. Si bien que plus personne ne savait exactement combien de temps il restait à jouer au moment de la dernière interruption de jeu. Après vérification des arbitres via la vidéo, le chrono avait encore 28''6 à écouler au cours desquelles, les Capitals ont repoussé les dernières tentatives désespérées des Golden Knights.

Smith-Pelly de nouveau décisif

Les locaux avaient laissé passer leur chance plus tôt dans cette dernière période. Pour la première fois des play-offs, ils ont été battus alors qu'il menait à l'entame du troisième tiers (3-2). Tout a basculé à dix minutes de la fin, sur une action d'abord confuse où Brooks Orpik a empêché le palet de quitter la zone offensive d'un rien, puis l'a envoyé à mi-hauteur vers la cage. Devante Smith-Pelly, déjà héros des deux matches précédents, a alors surgi, contrôlant du patin avant de tromper un Marc-André Fleury abattu, face contre la glace (3-3, 50e). Le gardien de Vegas avait peut-être déjà compris que son équipe n'aurait plus les moyens de repasser devant. Trois minutes plus tard, une mauvaise relance de Luka Sbisa aboutissait à un palet glissant lentement entre les jambes de Fleury, Lars Eller était alors le plus rapide pour envoyer le palet au fond pour le but de la victoire et du titre (4-3, 53e).

Une rencontre, deux visages

Avant cela, la rencontre avait connu deux visages. Sans but dans la première période avant que le match ne devienne fou dans la deuxième. Jakub Vrana (27e) puis Ovetchkine (31e), sur son «spécial» côté gauche du but, avait donné deux fois l'avantage à Washington, que Nate Schmidt (30e) puis David Perron (33e) avaient annulé. Puis, en supériorité numérique, Rielly Smith avait donné l'avantage à Vegas pour la première fois depuis la 18e minute du match 2 grâce à un joli numéro, contrôlant le palet des deux patins avant de marquer dans le but ouvert (40e). Malgré une nouvelle prestation individuelle courageuse (2 tirs adverses bloqués et 2 charges en 10'20), Pierre-Edouard Bellemare n'a rien pu faire pour devenir le deuxième français à soulever la Coupe Stanley après Cristobal Huet en 2010 avec Chicago.

Ces renversants Capitals, qui avaient débuté les play-offs par deux défaites à domicile, offrent le premier titre à la ville de Washington depuis les Redskins (NFL) en 1992. Ils deviennent la dix-neuvième franchise à remporter la Coupe Stanley, la première à le faire avec un capitaine russe.

tous les commentaires
commenter cet article
Commenter cet article  (Pour commenter, vous devez vous inscrire)

 

Votre commentaire - 500 caractères restants

Votre commentaire sera publié dans les plus brefs délais après modération
En poursuivant votre navigation sur www.lequipe.fr, vous acceptez les CGU ainsi que l'utilisation de cookies et de technologies similaires, y compris celle de partenaires tiers, pour vous proposer des contenus pertinents et des publicités ciblées en fonction de vos centres d'intérêts.
En savoir plus sur les cookies.   Afficher les CGUs.