Handball LNH

Présidence de la LNH : Olivier Girault en sérieux outsider

Les clubs professionnels vont désigner ce mardi leur candidat à la présidence de la Ligue nationale de handball, lequel sera ensuite élu. Et Philippe Bernat-Salles, président sortant, pourrait être coiffé par l'ancien international français Olivier Girault.

Handball - Pierre MENJOT - Olivier Girault va-t-il succéder à Philippe Bernat-Salles ? (S. Thomas/L'Equipe)

Olivier Girault va-t-il succéder à Philippe Bernat-Salles ? (S. Thomas/L'Equipe)

Pour la première fois, ils sont deux à se battre pour le poste. Philippe Bernat-Salles (47 ans), président élu depuis 2010 et en lice pour un quatrième mandat, et Olivier Girault (44 ans), ex-capitaine de l'équipe de France championne olympique à Pékin, se retrouvent ce mardi pour savoir lequel sera le candidat des clubs à la présidence de la Ligue nationale de handball (LNH), c'est-à-dire le futur président puisque les clubs possèdent ensuite la majorité de vote au bureau directeur de la LNH.

Les deux hommes seront reçus à partir de 11h30 à Paris par les membres de l'Union des clubs professionnels de handball (UCPH), à savoir les quatorze présidents des clubs de D1 et douze des quatorze de D2 (Nice et Dijon ne sont pas adhérents). Au programme, une petite demi-heure de présentation de projet pour chacun, sans question-réponse. Ensuite, les électeurs voteront à bulletin secret, selon le mode suivant : chaque club de D1 compte pour trois voix, contre une voix à chaque club de l'antichambre.

Un duel de personnes plus que de projets

À la veille du grand oral, les deux comptent leurs soutiens. Et les deux pensent gagner... Plus qu'une confiance de façade, cela montre l'incertitude du scrutin. «On les avait déjà reçus en décembre en comité directeur, et les avis étaient très partagés», souligne Christian Laffite, président de Billère (D2) et vice-président de l'UCPH. Même parmi les «gros» clubs, les avis divergent depuis que Girault s'est porté candidat, en octobre. «Il partait de très loin, juge Jean-Pierre Vandaele, président de Dunkerque. Mais quand on est en poste depuis quelque temps, il peut y avoir un phénomène d'usure et l'envie de nouveauté chez certains. Philippe Bernat-Salles sait le travail à fournir et le handball a progressé sous ses mandats, même si la route est encore longue. Olivier Girault ne connaît pas l'ensemble du fonctionnement mais s'est donné les moyens en visitant chaque club.»

Plus qu'un débat de projets (jusqu'ici, peu d'idées semblent en totale contradiction de l'un à l'autre), c'est un duel de personnes qui s'annonce. Un temps, l'UCPH avait envisagé de présenter les deux candidats au comité directeur de la Ligue, l'un étant président et l'autre vice-président. Incompatibilité de personnes finalement. Il y aura donc un vainqueur mardi, lequel sera ensuite officiellement élu président de la Ligue nationale de handball le 3 février, et ce pour trois ans.

Tous les commentaires
Commenter cet article  (Pour commenter, vous devez vous inscrire)

 

Votre commentaire - 500 caractères restants

Votre commentaire sera publié dans les plus brefs délais après modération
En poursuivant votre navigation sur www.lequipe.fr, vous acceptez les CGU ainsi que l'utilisation de cookies et de technologies similaires, y compris celle de partenaires tiers, pour vous proposer des contenus pertinents et des publicités ciblées en fonction de vos centres d'intérêts.
En savoir plus sur les cookies.   Afficher les CGUs.