Handball Bleues

Pauline Coatanea pour une place au soleil

Non retenue pour la campagne mondiale victorieuse de 2017, l'ailière de Brest Pauline Coatanea donne tout pendant le stage en Martinique qui prépare les Bleues à l'Euro à domicile, en fin d'année.

Handball - Championnat d'Europe (F) - Pauline Coatanea (à gauche) en pleine séance de préparation physique avec Manon Houette, dans le palais des sports de Rivière Salée en Martinique (Boué/L'Equipe)

Pauline Coatanea (à gauche) en pleine séance de préparation physique avec Manon Houette, dans le palais des sports de Rivière Salée en Martinique (Boué/L'Equipe)

«Sur mes quatre premières sélections, j'ai joué trois fois contre la Norvège !» Pauline Coatanea a lâché ça dans un grand sourire. Et a précisé direct : «Je n'ai jamais gagné !» Pour sûr, ce n'est pas tous les jours que la France se paie le scalp de la sélection nordique multi médaillée. Pourtant c'est arrivé au meilleur moment : en finale mondiale, en Allemagne, le 17 décembre 2017. La France a enfin fait tomber la Norvège (23-21), pour offrir sa deuxième étoile au hand féminin tricolore, après celle de 2003. Pauline Coatanea n'a vécu aucun de ces deux succès sur le terrain. En 2003, elle avait à peine dix ans.

En décembre dernier, l'ailière droite n'avait pas été retenue dans le groupe par Olivier Krumbholz ; Blandine Dancette et Laura Flippes lui ayant été préférée sur ce poste. «J'ai été un peu déçue car j'avais fait une bonne saison avec Brest. Alors j'ai essayé de transformé ma déception en motivation. L'Euro est un bel objectif», confie un peu timide la jeune femme (25 ans).

L'Euro, bel objectif en effet puisqu'il se déroulera en France, pour la première fois, du 29 novembre au 16 décembre prochains. Les Bleues s'y présenteront en championnes du monde en titre, avec l'envie de décrocher plus que du bronze, leur couleur continentale jusque-là (3e en 2002, 2006, 2016). Pour ce faire, Olivier Krumbholz a rassemblé toute sa troupe d'abord à Capbreton, le mois dernier, pour une reprise physique. Coatanea n'était pas la moins affûtée.

Double dose de Norvège en amical

«On revenait de trois semaines de vacances, j'avais vraiment coupé quinze jours mais la dernière semaine, j'avais refait quelques footings», explique cette licenciée en chimie, bien décidée «à profiter de chaque instant en équipe de France.» C'est après la défaite avec Brest en finale retour du Championnat de France, fin mai à Metz, que Coatanea a appris sa sélection pour les stages estivaux. «J'étais encore en larmes quand Olivier (Krumbholz) est venu me voir, m'a dit que j'avais fait une bonne saison et qu'il me retenait», savoure la Bretonne. Confidence dans la salle de restaurant, face à la plage des Trois-Ilets, où les Bleues ont posé les pieds le 9 juillet, pour dix jours.

En Martinique donc mais pas uniquement pour profiter du soleil et des activités de plein air : travail physique encore mais aussi tactique. Afin de garantir une qualité de boulot, le coach français a convié la Norvège à ce stage pour partager quelque entraînement et surtout s'affronter en match pas i amical. Le premier se déroulera ce samedi 14 juillet (20 heures, 2 heures à Paris) au Lamentin. Le second lundi 16 juillet (même horaire, même endroit). Autant d'occasions à saisir pour Pauline Coatanea de tenter de se faire sa place au soleil.

tous les commentaires
commenter cet article
Commenter cet article  (Pour commenter, vous devez vous inscrire)

 

Votre commentaire - 500 caractères restants

Votre commentaire sera publié dans les plus brefs délais après modération
En poursuivant votre navigation sur www.lequipe.fr, vous acceptez les CGU ainsi que l'utilisation de cookies et de technologies similaires, y compris celle de partenaires tiers, pour vous proposer des contenus pertinents et des publicités ciblées en fonction de vos centres d'intérêts.
En savoir plus sur les cookies.   Afficher les CGUs.