Handball Coupe (Hommes)

Nantes-Nîmes en Coupe de France : 11 minutes à rejouer

En raison d'un surnombre nantais que les arbitres n'avaient pas remarqué, le quart de finale de Coupe de France remporté par Nantes devra reprendre à la 49e minute, à 22-23 pour Nîmes.

Handball - Coupe de France (H) - Dragan Pechmalbec venait de marquer et n'était pas sorti lorsque Romaric Guillo est rentré. (R.Martin/L'Equipe)

Dragan Pechmalbec venait de marquer et n'était pas sorti lorsque Romaric Guillo est rentré. (R.Martin/L'Equipe)

Le quart de finale de Coupe de France Nantes-Nîmes (27-26) n'a pas fini de faire causer. Tard vendredi soir, la commission des litiges de la Fédération a donné raison aux Nîmois, qui avaient déposé une réserve technique à la suite de leur élimination, et a ordonné de rejouer la fin de rencontre, à partir de la 49e minute ! Une décision rarissime mais pas sans précédent (*).

En cause, l'action qui a permis aux Nantais d'égaliser à 23-23 alors qu'ils se trouvaient à un joueur de trop sur le terrain. Romaric Guillo, sorti pour reprendre de la résine, est revenu en jeu sans s'apercevoir que Dragan Pechmalbec - qui avait marqué sur cette action - avait pris sa place. Il n'était pas le seul : ni les arbitres, ni le délégué ne s'en étaient rendu compte, au contraire du staff et des remplaçants nîmois, furieux.

Calendrier casse-tête

La commission a entendu les représentants des deux clubs mercredi soir lors d'une conférence téléphonique. Elle a notamment demandé aux Nantais de fournir une déclaration sur l'honneur de la part du gardien Arnaud Siffert, indiquant qu'il se trouvait bien sur le parquet lors de l'action incriminée, car les images télévisées ne couvraient pas sa moitié de terrain.

Le match devra donc reprendre pour ses onze dernières minutes, sur le score de 22-23 en faveur des Nîmois, comme si le surnombre avait été sanctionné sur le moment : le ballon sera rendu à l'USAM par un coup franc et un joueur nantais sera exclu pour deux minutes. «Nous serons ravis de revenir à Nantes pour rejouer les onze dernières minutes de la rencontre», lançait dimanche David Tebib, le président gardois.

La date n'a pas encore été fixée et le «H» peut faire appel. On doute, quoi qu'il arrive, que les Nantais soient aussi enchantés, pas seulement car leur qualification pour les demi-finales est sérieusement mise en péril, et avec elle la jolie recette attendue lors de l'affiche programmée à domicile contre Montpellier. Alors qu'ils disputent samedi 24 mars et dimanche 1er avril leur huitième de finale de Ligue des champions contre les Biélorusses du Meshkov Brest, cet épisode ajoute encore au casse-tête de leur calendrier.

(*) En raison d'un but compté par erreur, la commission d'appel de la Fédération a donné à rejouer les 3 dernières minutes et 41 secondes du match de D2 Vernon-Besançon (28-24).

Tous les commentaires
Commenter cet article  (Pour commenter, vous devez vous inscrire)

 

Votre commentaire - 500 caractères restants

Votre commentaire sera publié dans les plus brefs délais après modération
En poursuivant votre navigation sur www.lequipe.fr, vous acceptez les CGU ainsi que l'utilisation de cookies et de technologies similaires, y compris celle de partenaires tiers, pour vous proposer des contenus pertinents et des publicités ciblées en fonction de vos centres d'intérêts.
En savoir plus sur les cookies.   Afficher les CGUs.