Golf Masters

Le 4e tour du Masters à la loupe

On vous a raconté le champion Jordan Spieth, alors place à tous les déçus de ce Masters 2015. Même si le suspense n'a pas duré bien longtemps, ce dernier tour a été animé. Voici ce qu'on a adoré et ce qu'on regrette de ce dimanche à Augusta.

Golf - Masters - Majeurs - Rory Mcilroy devra attendre une année de plus pour son Chelem perso. Mais il a tout de même posté un 66 sans erreur dimanche. (L'Equipe)

Rory Mcilroy devra attendre une année de plus pour son Chelem perso. Mais il a tout de même posté un 66 sans erreur dimanche. (L'Equipe)

On a aimé

(L'Equipe)
(L'Equipe)

La partie couteau entre les dents de Justin Rose
Deux birdies d'entrée pour mettre la pression sur Spieth, son jeune partenaire du jour. L'Anglais n'a rien lâché même lorsque les choses lui échappaient, comme au 7 : drive dans les bois à droite. Deuxième coup toujours dans la forêt, puis génial chip qui prend le green, s'arrête presque net, puis profite de la pente, frôle le trou et offre un par de nowhere avec option balle qui rentre dans le trou en tourbillonnant. Malgré un aller dans le par, Rose a posté un retour une nouvelle fois pied au plancher avec trois birdies aux 13, 14 et 15 (il est -12 sur la semaine sur ces 9 derniers). Le vainqueur de l'US Open 2013 ne pouvait pas faire grand chose devant un Spieth si solide, mais il aura tout tenté malgré un putting moins en verve aux moments clés (30 putts ce dimanche).

La charge de McIlroy
C'est sur les 12 derniers trous que le n°1 mondial a produit son effort. Birdies aux 7 (drive dans les bois, coup de fer quasi donné) et 8 (par 5), puis aux 11 (drive de 317m et coup de fer à 2m), 13 et 15 (pars 5 pris en deux). Son ultime merveille, le n°1 mondial la réservait à la tribune du 18 d'un putt autoritaire de 5m pour un 66 sans le moindre bogey.

Le 66 d'Hideki Matsuyama
C'est le meilleur score du jour, à égalité avec McIlroy, et le retour le plus tonitruant de ce dimanche (31 coups). Le Japonais signe son meilleur résultat pour une quatrième apparition au Masters après une solide démonstration sur les greens (25 putts). À 23 ans, Matsuyama confirme son excellente forme puisque c'est son cinquième top 5 de la saison 2015. Celui-là le qualifie largement pour le Masters l'an prochain.

La belle santé des joueurs anglais
Entre Ian Poulter (deux 67 consécutifs ce weekend, leader des greens touchés en régulation cette semaine avec 82%) Paul Casey (68 ce dimanche, 6e comme Poulter) et bien sûr Justin Rose (2e), les joueurs de sa Majesté n'ont pas fait dans la figuration cette année. La « malédiction européenne » au Masters cessera bientôt.

On a moins aimé

(L'Equipe)
(L'Equipe)

La relative absence d'animation à l'aller
C'était un peu le danger avec tant de retard sur le leader. Tous les cadors se devaient d'attaquer à outrance à l'aller pour espérer faire vaciller Spieth dans la dernière ligne droite. Mais les deux plus dangereux poursuivants du Texan n'ont pas vraiment répondu présents sur ces 9 premiers : ni Rose, ni Mickelson (2 birdies, 2 bogeys chacun) n'ont joué sous le par. Seuls Rory McIlroy (-2), Dustin et Zach Johnson (-3) ont sonné une timide charge au sein du Top 10 dans les premières heures de la bataille.

Le Tiger Woods transparent de ce dernier tour
Jamais vraiment dans le rythme, Woods rétrogradait même petit à petit au classement avec des bogeys au 4 (fer trop court dans le bunker) et au 7 (drive dans la forêt) contre un unique birdie au 8.
Son deuxième coup dans les épines de pin au 9 lui faisait toucher une racine dissimulée et lâcher son club de douleur. Poignet droit un peu raide pendant quelques minutes et nouveau bogey au 10 après un cafouillage dans les pins.
Un eagle au 13 (putt de 8m) lui redonnera à peine le sourire. Avec deux bogeys (14 et 17 suite à deux coups de fers imprécis) sur ce retour franchement plus accessible, le Tigre ne pouvait pas prétendre à un Top 10. Même s'il reste en dehors du Top 100 mondial (101e), son retour à la compétition était du genre encourageant malgré ce second 73 de la semaine.

En bref...

(L'Equipe)
(L'Equipe)

10e place de second pour Phil Mickelson en Majeur. Très solide ce dimanche, Lefty devait pourtant sortir une partie exceptionelle s'il voulait ajouter un 6e titre du Grand Chelem à son palmarès. Vu son début de saison en demi-teinte (17e place comme meilleur résultat), Phil part quand même d'Augusta avec un réel élan.

Solide 68 pour Henrik Stenson, enfin remis d'une vilaine grippe qui a failli provoquer son abandon après le premier tour. SuperSwede s'offre un sacré top 20 après deux 73 de suite pour entamer son tournoi. Il est au passage l'un des trois seuls joueurs à ne pas avoir concédé le moindre trois putts au parcours de toute la semaine (avec Stricker et Bae).

Rickie Fowler était à un coup près d'enregistrer un cinquième Top 10 d'affilée en Majeur (12e au final). Son 67 du jour (5 birdies, 1 eagle, 2 bogeys) Rickie l'a construit à la pointe d'un putter bouillant (26 réalisations).

Gros weekend du vainqueur 2007 de ce Masters, Zach Johnson. On l'a peut être vu faire une socket au green d'entraînement dimanche matin, manquant de trucider les ramasseurs de balle, mais ZJ signe deux 68 de rang et s'offre une 9e place.

Dustin Johnson poste double bogey au 16... Premier coup franchement trop court, plouf. Deuxième essai trop long, au-dessus du drapeau... Chip à 3m et putt raté. Dommage pour DJ qui jusque-là semblait promis à un solide Top 5 (il était -10 total après 15 trous). Un ultime birdie au 18 (putt de 6m en descente) mettra un peu de pommade là-dessus.

tous les commentaires
commenter cet article
Commenter cet article  (Pour commenter, vous devez vous inscrire)

 

Votre commentaire - 500 caractères restants

Votre commentaire sera publié dans les plus brefs délais après modération
En poursuivant votre navigation sur www.lequipe.fr, vous acceptez les CGU ainsi que l'utilisation de cookies et de technologies similaires, y compris celle de partenaires tiers, pour vous proposer des contenus pertinents et des publicités ciblées en fonction de vos centres d'intérêts.
En savoir plus sur les cookies.   Afficher les CGUs.