Golf British Open

Tiger Woods aura une chance de Claret Jug !

Tiger Woods a signé samedi sa meilleure carte de la semaine à Carnoustie, avec un 66 (-5 total) le ramenant à la 6e place du British Open. À quatre coups de la tête, l'Américain aura une chance de victoire demain, dix ans après son dernier succès majeur.

Golf - British Open - Sans faute ou presque samedi, Tiger Woods a fait le bond qu'il fallait à Carnoustie. (Reuters)

Sans faute ou presque samedi, Tiger Woods a fait le bond qu'il fallait à Carnoustie. (Reuters)

Une attaque de tigre a eu lieu à Carnoustie, cet après-midi aux alentours de 15h15. Peu après une première griffure au 9 (birdie enquillé à 12m), l'animal aux 14 Majeurs provoquera un vent de panique sur le comté d'Angus, alignant ensuite un coup de wedge "donné" au 10 puis un 3e birdie de suite au 11, d'un coup de fer idéal.

Les leaders n'avaient beau pas encore planté leur premier tee, c'est tout de même un fait : Tiger Woods grimpait quelques minutes plus tard en tête du British Open, en -6 après un sixième point gagné sur le par 5 du 14, touché en deux coups.

L'afflux du public sera immédiat et la nouvelle se répandra vite dans le monde du golf, au point même de placer ses collègues vaincus par le cut devant leurs écrans de TV.
Même un Ian Poulter, qui a pourtant pris de plein fouet la domination féline dans les années 2000, gazouillera qu'il n'avait « jamais été autant excité par Tiger ».

L'Anglais citera ensuite du Shakespeare pour anticiper « la belle histoire rêvée » à venir dimanche, produite par un animal si mal en point jusqu'à l'automne dernier et désormais pas loin de gagner à nouveau.

La formule offensive a payé

«L'ambiance était assez électrique, dira Woods après-coup, même si je n'ai pas réalisé que j'avais rejoint la tête. Je cherchais juste à me rapprocher au max des autres gars et surtout de ne pas perdre sur cette fin de parcours.»

Parti dans le par et à 6 coups du duo K.Kisner / Z.Johnson, l'Américain aura finalement bousculé sa stratégie défensive habituelle sur les links. Alors qu'il n'avait jamais sorti le driver plus de deux fois par tour depuis jeudi, le 71e mondial mettra six fois "la masse" en jeu ce samedi.

Une prise de risque que l'on n'avait pas vue venir et qui s'avèrera payante, puisque ce Tigre enfin offensif touchera tout autant de fairway que depuis le début du tournoi (12 aujourd'hui), tout en plombant un total inédit pour lui de 14 greens en régulation.

Plus près des drapeaux, rentrant les putts ou frôlant les bords et profitant d'un parcours plus permissif que jamais (preuve, le 64 de Justin Rose ce matin), il aura pris autant de plaisir qu'il en a offert : «J'ai vraiment bien joué. Vraiment. J'ai bien contrôlé ma balle et en plus, j'ai rentré quelques longs putts. Et je voyais bien que les autres, comme Chris Wood ou "Rosey" (Justin Rose, ndlr) envoyaient du birdie. Je savais qu'un bon score était faisable.»

10 Cela fait plus de dix ans que Tiger Woods n'a pas gagné de Majeurs.La dernière date de juin 2008, à l'US Open de Torrey Pines.

Le Tigre et la chatte à Dédé

Woods ne commettra au final qu'une erreur dans cet après-midi sans vent. Son coup de fer aura beau résonner comme au bon vieux temps sur le diabolique 16e trou (par 3, 227m), son approche au putter restera scotchée courte, lui laissant 2m pour sauver le par.
«Si tu le rates, ne t'agace pas, hein Tiger ?», s'inquiéta alors Jean Van de Velde, qui commentait au bord de ce même green.

«Deux mauvais putts de suite» selon Tiger et premier bogey du jour, pour un premier rictus de colère. L'élan stoppé, Woods produira ensuite sur le tee du 18 son « pire swing du jour », selon ses mots.

Un fer-2 trop nerveux qui sans "la chatte à Deschamps" aurait pu finir à gauche dans le Barry Burn. Un recentrage sage depuis le rough suivra, puis un coup de wedge au poteau. Histoire de ne pas gâcher cette remontée au parfum des belles années, avec ces rangées de spectateurs façon Alpe d'Huez et ces bousculades de photographes.

Ce 66 (-5) est la meilleure carte de TW en Majeur depuis Augusta 2011. Il s'agit même de son score le plus bas à l'Open depuis 2006, produit lors de sa victoire à Hoylake.

Vivement dimanche

Presque 25 places de gagnées ce samedi et même si Tiger aura encore ce soir un retard net à combler et de sacrés clients à rosser, il passera quoi qu'il arrive cette semaine un nouveau cap depuis son retour de blessure.

Avec ce contrôle exquis des profondeurs sur les attaques de greens et un putting qui se rapproche tour après tour de l'excellence du passé, l'avenir, qu'il soit à 24h ou pour les années à venir, semble lui appartenir à nouveau.

Enfin le voilà "In contention" en Grand Chelem, ou dans le coup pour gagner dimanche. Un moment de délice que l'on n'avait plus vécu en majeurs depuis 2013. C'était à Muirfield sur ce même Open, quand Woods attaqua le dimanche à 2 coups du leader Lee Westwood, pour finir 6e, à 5 coups de Mickelson.

Sixième à quatre coups du trio de tête (dont J.Spieth, tenant du titre), Woods devra quoiqu'il arrive produire un nouveau gros score, au moins dans les eaux de ce 66.
Royal cette année le samedi (il a la meilleure moyenne de score en 3e tour cette saison), il devra maintenant améliorer ses dimanche timides en 2018 pour espérer (70.1 de moyenne, 52e du PGA Tour).

Réaction finale, à l'aube d'un dernier tour où deux bonnes dizaines de joueurs auront leur chance de rafler la Claret Jug :
«Tout dépend de que font les gars devant, mais même avec la tête à -10, je n'aurais alors que 5 coups de retard, donc rien d'infaisable. J'ai une chance pour dimanche et c'est si cool, car vu ce qui m'est arrivé ces dernières années, ce genre de moments n'auraient pu jamais se reproduire

Les scores en direct commentés ici

tous les commentaires
commenter cet article
Commenter cet article  (Pour commenter, vous devez vous inscrire)

 

Votre commentaire - 500 caractères restants

Votre commentaire sera publié dans les plus brefs délais après modération
En poursuivant votre navigation sur www.lequipe.fr, vous acceptez les CGU ainsi que l'utilisation de cookies et de technologies similaires, y compris celle de partenaires tiers, pour vous proposer des contenus pertinents et des publicités ciblées en fonction de vos centres d'intérêts.
En savoir plus sur les cookies.   Afficher les CGUs.