Golf US Open

Shinnecock Hills 2018 : Alexander Levy, le « sacré test »

Alexander Levy aborde son troisième US Open avec une intéressante sérénité. Sûr que pour le n°1 Français, ce Majeur est un moment idéal pour se montrer en vue d'une Ryder Cup qui se fait de plus en plus pressante.

Golf - US Open - Majeurs - Alexander Levy est toujours à la recherche d'une performance de choix en Majeur. (Martin Coulomb/D.R)

Alexander Levy est toujours à la recherche d'une performance de choix en Majeur. (Martin Coulomb/D.R)

Comment vous sentez-vous sur ce tracé de Shinnecock?

Ce n'est que mon troisième US Open, mais ce parcours reste mon préféré de ceux que j'ai pu jouer jusque-là. Il peut ressembler à un parcours de British, mais les greens ont les difficultés d'un US Open. Ils ont l'air très vastes mais en réalité ils sont petits vue la quantité de pente. Du coup on est obligé de jouer des zones, quitte parfois à rester un peu loin des drapeaux. J'aime bien ce type de tracé très stratégique.

Quels sont les secteur de jeu mis sous pression ici?

Bien sûr, les mises en jeu seront importantes, mais pas prépondérantes. La réelle différence sur ce parcours se joue avec la précision fers en mains. Les greens sont tous assez bombés et la gestion des profondeurs est du coup vraiment cruciale. Il faut savoir jouer des zones sages qui laissent parfois des putts compliqués d'une dizaine de mètres. C'est vraiment un sacré test.

«Les greens sont tous assez bombés. La gestion des profondeurs est du coup vraiment cruciale.»
Cet US Open est une semaine importante pour vous en vue d'une potentielle Ryder Cup, comment l'envisagez-vous?

Je me sens bien mieux préparé. J'ai passé énormément de temps à sentir ces greens, à chiper autour, à sentir le parcours au sens large. J'ai eu besoin de venir plus tôt que d'habitude, j'ai eu besoin de faire évoluer ma préparation. Parce que je reste convaincu que mon manque de performances sur ces tournois-là vient de ma préparation. J'ai vraiment la sensation de m'être bien préparé à jouer ce parcours. Avec l'expérience, je me gère mieux, je me connais mieux. Je suis par exemple venu ce matin (mardi) à 6h au golf pour faire 9 trous tôt. Je me suis entraîné jusqu'à midi et je sais que je ne trainerai pas trop par ici cet après-midi. Je veux garder de l'énergie pour jeudi et le début du tournoi.


«J'ai vraiment la sensation de m'être bien préparé à jouer ce parcours.»

Le vent était présent pendant votre entraînement, est-ce une difficulté de plus à gérer?

C'est vrai que ce parcours est assez exposé au vent. Mais la météo n'en prévoit pas, ou peu cette semaine. Dans un sens c'est une bonne chose, sauf que les officiels de l'USGA vont pouvoir placer des drapeaux un peu plus compliqués.

Quel est l'état de votre jeu globalement en amont de cet US Open?

Je joue bien, je tape bien. Je fais le boulot avec mon staff une fois de plus. Si ça ne veut pas me sourire cette semaine, je suis persuadé que ça viendra tôt ou tard. Mon jeu est dans la bonne dynamique, la bonne direction. Mon swing est vraiment là où je veux qu'il soit. Tout évolue bien, c'est positif. Tout le challenge est maintenant d'amener ces bonnes sensations sur le parcours.

tous les commentaires
commenter cet article
Commenter cet article  (Pour commenter, vous devez vous inscrire)

 

Votre commentaire - 500 caractères restants

Votre commentaire sera publié dans les plus brefs délais après modération
En poursuivant votre navigation sur www.lequipe.fr, vous acceptez les CGU ainsi que l'utilisation de cookies et de technologies similaires, y compris celle de partenaires tiers, pour vous proposer des contenus pertinents et des publicités ciblées en fonction de vos centres d'intérêts.
En savoir plus sur les cookies.   Afficher les CGUs.