Golf Retro 2017

Clément Sordet, le feu et la glace

Zen en dehors mais bouillant sur le parcours, Clément Sordet s'est à nouveau imposé cette saison sur le Challenge Tour lors de la finale de la Road to Oman. Résultat : le Français termine deuxième du classement de ce circuit et sera sur le Tour l'an prochain.

Golf - Challenge tour - Clément Sordet, 4e Français de l'histoire vainqueur de la finale du Challenge Tour.

Clément Sordet, 4e Français de l'histoire vainqueur de la finale du Challenge Tour.

«Je ne veux pas regarder le classement.» Jour après jour, dans ce NBO Golf Classic 2017, les mots sont les mêmes. Calme et posé Clément Sordet s'est mis dans sa bulle pour son dernier tournoi de l'année. Une formule qui a porté ses fruits pour le joueur de Lyon-Salvagny, vainqueur à Oman dans une Grande Finale qu'il a maîtrisée du début à la fin. «Cela fait trois semaines que je joue bien. C'est juste incroyable de terminer la saison par une victoire. J'ai un peu de mal à réaliser ce qu'il vient de se passer», confie Sordet à l'issue du tournoi. S'il a du mal à expliquer son succès, sa victoire à Oman n'a rien d'une surprise. Déjà vainqueur cette saison du Viking Challenge, le Français a réalisé un mois d'octobre de feu (15e et 17e en Chine, 3e dans les Émirats). «En arrivant à Mascate, mon seul objectif était de finir dans le top 15 du Challenge. Quand j'ai quitté la maison il y a un mois, j'étais 18e de la Road. Je finis en 2e position, c'est vraiment bien.»

«Le mental est clairement l'une de ses forces.»

Maître zen de l'Almouj

Du haut de son 1,85 mètre, Clément Sordet, est le mec cool par excellence : sourire accroché aux lèvres, bouclettes sous la casquette, attitude zen. Le Lyonnais trimbale sa bonne humeur partout où il passe. Une attitude importée sur le parcours à laquelle il ajoute un ingrédient : un regard de tueur façon chasseur de birdies. «Le plus important, c'est d'être soi-même. J'ai toujours été quelqu'un de très calme, et même si ça m'arrive de m'énerver, ça ne se voit pas. Je suis plutôt zen à la base et je le suis devenu encore plus sur un parcours grâce à la méditation. Elle m'a aidé à franchir un cap, et je me sens beaucoup mieux.» Sur le parcours de l'Almouj Golf de Mascate, Clément Sordet s'est régalé. Avec son swing tout en décontraction et un mental d'acier, le Français a chassé tous les fairways et drapeaux sans exploser en vol. «Il est très solide dans la tête, confirme Julien Guerrier, 6e de la Road. Quand il est devant, il ne s'écroule pas. Il a un super swing. Il fait tout bien, en fait.» Adrien Saddier renchérit : «Le mental est clairement l'une de ses forces. Il arrive toujours à garder son élan quand il est aux avant-postes.» Un mental que le Français s'est forgé au fils des années passées sur le Challenge Tour. Avant sa semaine omanaise, Sordet avait déjà soulevé trois trophées sur la deuxième division européenne.

Prêt pour le Tour

Cette attitude, Clément devra la garder l'an prochain sur le Tour européen. Après deux tentatives loupées (37e et 25e de la Road to Oman en 2015 et 2016), le Français accède à l'élite du golf européen. «Enfin ! Ça fait un bout de temps que je ne comprenais pas pourquoi il n'était pas déjà là», s'enthousiasme Alexander Levy. Maintenant, il va falloir transformer l'essai. Se frotter à l'élite du golf européen. D'autant que le joueur de 25 ans n'entend pas s'arrêter là : «L'European Tour a toujours été mon but. C'est d'ailleurs pour cela que je ne suis pas resté aux États-Unis après mes études. Mon ambition, à plus long terme, est de rentrer dans le top 50 mondial pour pouvoir jouer tous les gros tournois, les Majeurs et la Ryder Cup.» Zen et en pleine conscience, oui, mais compétiteur avant tout.

La magie du 7

La tradition se perpétue dans la Grande Finale du Challenge Tour. Après Nicolas Joakimides en 1997 et Michaël Lorenzo Vera en 2007, Clément Sordet est devenu le troisième Français à s'imposer dans le dernier tournoi de la deuxième division européenne une année se terminant en 7. Avec Benjamin Hébert, vainqueur en 2014, Sordet est aussi le quatrième Bleu à remporter la Grande Finale.

À retrouver dans Journal du Golf n°133

Tous les commentaires
Commenter cet article  (Pour commenter, vous devez vous inscrire)

 

Votre commentaire - 500 caractères restants

Votre commentaire sera publié dans les plus brefs délais après modération
En poursuivant votre navigation sur www.lequipe.fr, vous acceptez les CGU ainsi que l'utilisation de cookies et de technologies similaires, y compris celle de partenaires tiers, pour vous proposer des contenus pertinents et des publicités ciblées en fonction de vos centres d'intérêts.
En savoir plus sur les cookies.   Afficher les CGUs.