F1 GP d'Autriche

Renault F1 «vise le titre en 2021»

Selon son directeur général, Cyril Abiteboul, Renault veut être une écurie candidate au titre dans trois ans.

Formule 1 - Renault - Cyril Abiteboul (à droite) veut faire de Renault une écurie candidate aux titres pilote et constructeurs dès 2021. (Jérôme Prévost/L'Equipe)

Cyril Abiteboul (à droite) veut faire de Renault une écurie candidate aux titres pilote et constructeurs dès 2021. (Jérôme Prévost/L'Equipe)

Deux ans après son retour en Formule 1, Renault veut «être en capacité de gagner des courses en 2020 et le titre en 2021», a déclaré à l'AFP son directeur général, Cyril Abiteboul, en marge du Grand Prix d'Autriche. L'écurie française est actuellement quatrième au classement des constructeurs, derrière les intouchables Mercedes, Ferrari et Red Bull.

Si l'écurie se dit satisfaite de son duo de pilotes, Nico Hulkenberg et Carlos Sainz Jr, l'avenir de l'Espagnol reste en suspens. Prêté par Red Bull, il est pressenti pour s'installer dans le baquet de Daniel Ricciardo en cas de départ du pilote australien. «On ne va pas attendre éternellement que Ricciardo et Red Bull se décident. Soit les choses peuvent se mettre en place rapidement avec Carlos, et ce serait une option extrêmement sérieuse pour l'année prochaine, au vu de ses performances, soit nous envisagerons des options alternatives», prévient Cyril Abiteboul. Parmi ces options alternatives figure peut-être Esteban Oocon. Sans pilote tricolore, Renault est fréquemment associée au pilote de Force India, sous contrat avec Mercedes. «On a raté un embranchement avec lui, il faudra être attentif si un autre se présente», explique le boss de Renault F1.

7ème Le classement de Nico Hulkenberg au championnat du monde des pilotes, derrière les deux pilotes de Mercedes, Ferrari et Red Bull.

Après la décision de RedBull de se séparer du motoriste français, Renault a «coupé le cordon ombilical qui nous rattachait à notre passé de motoriste. Il faut maintenant qu'on se tourne pleinement vers notre projet», explique Cyril Abiteboul. Face à Ferrari et Mercedes qui s'opposent à la limitation des budgets des écuries, il assure avoir «totalement les moyens financiers» de construire une structure comparable au constructeur allemand, qui emploie 900 personnes. «Après à la question de savoir si on en a envie, la réponse est non. Cela n'a pas tellement de sens», nuance cependant le directeur général de Renault F1.

Avec 64 points au championnat du monde des constructeurs, Renault a déjà dépassé son total de la saison passée (57 points) mais reste à plus de 100 points de Red Bull, Mercedes et Ferrari. Carlos Sainz Jr a signé le meilleur résultat de l'écurie française cette saison avec une quatrième place en Azerbaïdjan.

tous les commentaires
commenter cet article
Commenter cet article  (Pour commenter, vous devez vous inscrire)

 

Votre commentaire - 500 caractères restants

Votre commentaire sera publié dans les plus brefs délais après modération
En poursuivant votre navigation sur www.lequipe.fr, vous acceptez les CGU ainsi que l'utilisation de cookies et de technologies similaires, y compris celle de partenaires tiers, pour vous proposer des contenus pertinents et des publicités ciblées en fonction de vos centres d'intérêts.
En savoir plus sur les cookies.   Afficher les CGUs.