Attaquant ? Quel attaquant ?
exclusivité abonnés
...
Romelu Lukaku et Gabriel Jesus, deux attaquants aux profils contrastés. (L'Equipe)
Foot (R)évolution tactique

Qualités techniques et participation au jeu : la mutation du poste d'attaquant

Le poste d'attaquant de pointe a évolué. Il s'insère de plus en plus dans le jeu, au point qu'il deviendrait presque, parfois, un milieu offensif de plus.

Régis Dupont

Le poste d'attaquant de pointe a évolué. Il s'insère de plus en plus dans le jeu, au point qu'il deviendrait presque, parfois, un milieu offensif de plus.

La victoire de Manchester City à United, le 10 décembre dernier, a fait beaucoup de bruit avant et après le match. C'est pourtant ce qui s'est passé pendant qui aurait dû attirer l'attention. Deux entraîneurs, deux conceptions du football, une opposition incarnée par le profil des avants-centres alignés par les deux entraîneurs. Pour José Mourinho, le très massif Romelu Lukaku. Pour Josep Guardiola, le plus frêle Gabriel Jesus puis personne : une fois les Sky Blues en tête au score (2-1), il a remplacé le Brésilien par Mangala, City est passé à une défense à trois et a fait glisser David Silva en position théorique d'avant-centre.

Impossible de mieux illustrer la différence de conceptions que par Lukaku et Jesus, aux statistiques remarquablement dissemblables sur cette rencontre. Un avant-centre peut avoir tous les visages, voire s'effacer dans un rôle de sixième ou septième milieu de terrain.

S'il y a presque autant d'avants-centres différents que d'équipes, c'est parce que le n°9 est le dernier maillon de l'équipe. Jesus peinerait à United autant que Lukaku s'avèrerait inadapté à City. Qu'on construise sa formation en fonction de son attaquant ou que le buteur soit recruté en fonction des caractéristiques de l'équipe, on en revient toujours au même : l'attaquant de pointe doit être le prolongement du reste.

D'abord, défendre

Dans le football dit «moderne», l'avant-centre est soumis à un impératif commun : défendre. «La défense commence avec l'attaque, toujours. Si tu as des attaquants agressifs, qui ne laissent pas les défenseurs développer tranquillement leur jeu, tu peux défendre plus haut, récupérer le ballon plus près du but adverse et économiser du carburant, rappelle Viorel Moldovan, l'ancien avant-centre du FC Nantes. L'adversaire sent ça, il prend moins de risques. Barcelone ne demande...

Pour lire la suite, découvrez notre offre spéciale

Vous avez souscrit à l'offre Pack 10 articles

gagnez avec la France du 1er au 30 juin 2018

à chaque victoire des Bleus,
1€ en moins sur votre abonnement !*

j'en profite

* voir conditions

Il vous reste :
- articles à utiliser

Débloquer cet article
tous les commentaires
commenter cet article
Commenter cet article  (Pour commenter, vous devez vous inscrire)

 

Votre commentaire - 500 caractères restants

Votre commentaire sera publié dans les plus brefs délais après modération
En poursuivant votre navigation sur www.lequipe.fr, vous acceptez les CGU ainsi que l'utilisation de cookies et de technologies similaires, y compris celle de partenaires tiers, pour vous proposer des contenus pertinents et des publicités ciblées en fonction de vos centres d'intérêts.
En savoir plus sur les cookies.   Afficher les CGUs.