Vincent Duluc Édito

Histoires de France

Vincent Duluc

Les larmes étaient là avant la pluie, mais à la fin elles étaient inséparables. C'est l'effet que font les regrets quand ils sont proportionnels à l'espoir, laissant les conquérants de l'aube pleins de tristesse et les mains vides. C'est une histoire éternelle, une fascination qui s'attache aux finales : le rapport au temps semble modifié, tout file à toute vitesse, et ce n'est pas seulement parce que l'Atlético mange les secondes mieux que personne quand il mène au score, c'est juste parce qu'on a le sentiment d'avoir à peine cligné des yeux que c'est déjà fini....

Pour lire la suite, découvrez notre offre spéciale

Vous avez souscrit à l'offre Pack 10 articles

gagnez avec la France du 1er au 30 juin 2018

à chaque victoire des Bleus,
1€ en moins sur votre abonnement !*

j'en profite

* voir conditions

Il vous reste :
- articles à utiliser

Débloquer cet article
tous les commentaires
commenter cet article
Commenter cet article  (Pour commenter, vous devez vous inscrire)

 

Votre commentaire - 500 caractères restants

Votre commentaire sera publié dans les plus brefs délais après modération
En poursuivant votre navigation sur www.lequipe.fr, vous acceptez les CGU ainsi que l'utilisation de cookies et de technologies similaires, y compris celle de partenaires tiers, pour vous proposer des contenus pertinents et des publicités ciblées en fonction de vos centres d'intérêts.
En savoir plus sur les cookies.   Afficher les CGUs.