La démonstration du Dynamo racontée de l'intérieur
exclusivité abonnés
...
Oleg Blokhine face au défenseur de l'Atlético, Juan Carlos Arteche. (A. Landrain/L'Equipe)
Football Vintage

Comment le Dynamo Kiev avait ébloui Gerland contre l'Atlético

Avant celle de mercredi entre Marseille et l'Atlético de Madrid, la seule finale européenne disputée à Lyon avait vu en 1986 le Dynamo Kiev marcher sur... l'Atlético. Acteurs et témoins de ce match éblouissant se souviennent.

Stéphane Kohler

Avant celle de mercredi entre Marseille et l'Atlético de Madrid, la seule finale européenne disputée à Lyon avait vu en 1986 le Dynamo Kiev marcher sur... l'Atlético. Acteurs et témoins de ce match éblouissant se souviennent.

Faites le test auprès des amateurs de football aux tempes plus ou moins blanchies. Quelle est l'équipe européenne dont le jeu vous a le plus marqué ? L'Ajax Amsterdam du début des années 1970, le grand AC Milan d'Arrigo Sacchi de la fin des années 1980, le Barça de Johan Cruyff ou celui de Pep Guardiola arriveront bien sûr en tête des réponses. Mais les plus pointilleux, ou les plus nostalgiques, n'oublieront sans doute pas de citer le Dynamo Kiev de Valeri Lobanovski, étincelant collectif vainqueur de la Coupe des Coupes 1986 contre l'Atlético Madrid (3-0), sur la pelouse de Gerland à Lyon. Cette année-là, Kiev remporta aussi le Championnat et la Coupe d'URSS, dont l'équipe nationale était presque entièrement composée de joueurs du Dynamo. Le sélectionneur soviétique ? C'était aussi Lobanovski, personnage fascinant, adepte d'un football total et de séances d'entraînement longues et terriblement exigeantes, basées sur une infinie répétition de gammes collectives.

À une époque sans football en flux continu sur les écrans, admirer le jeu du Dynamo Kiev était presque impossible en Europe de l'Ouest, sauf à de très rares occasions, à commencer par les compétitions internationales. Lobanovski avait déjà conduit son Dynamo au succès en Coupe des Coupes, en 1975, avec son attaquant vedette, Oleg Blokhine, élu cette année-là Ballon d'Or France Football à vingt-trois ans. En 1986, le duo réussit donc à nouveau à régner sur l'Europe, en laissant à tous les témoins de cette finale une impression visuelle formidable.

Ce vendredi de mai à Lyon avait aussi eu lieu, en lever de rideau, la finale de la Coupe Gambardella remportée par Auxerre face à Nantes (0-0, 4-2 aux t.a.b.). Sur le terrain, quelques futurs noms du football français : Charbonnier, Prunier, Boli, Dutuel côté bourguignon, et des jeunes Canaris nommés Desailly et Deschamps. Sur le banc nantais, Raynald Denoueix. «Pas facile de...

Pour lire la suite, découvrez notre offre spéciale

Vous avez souscrit à l'offre Pack 10 articles

1€ le premier mois d'abonnement*

puis 9,99€/mois sans engagement
offre valable du 1 juillet au 31 août 2018

j'en profite

* voir conditions

Il vous reste :
- articles à utiliser

Débloquer cet article
tous les commentaires
commenter cet article
Commenter cet article  (Pour commenter, vous devez vous inscrire)

 

Votre commentaire - 500 caractères restants

Votre commentaire sera publié dans les plus brefs délais après modération
En poursuivant votre navigation sur www.lequipe.fr, vous acceptez les CGU ainsi que l'utilisation de cookies et de technologies similaires, y compris celle de partenaires tiers, pour vous proposer des contenus pertinents et des publicités ciblées en fonction de vos centres d'intérêts.
En savoir plus sur les cookies.   Afficher les CGUs.