Foot Ligue des Champions

Porto gifle Monaco et assure sa qualification pour les huitièmes de finale de la Ligue des champions

Dans un match sans enjeu pour lui, Monaco a sombré à Porto (5-2), qui jouera les huitièmes de finale de la Ligue des champions. Jamais une équipe française n'avait encaissé autant de buts en phase de groupes.

Football - Ligue des Champions - Porto a fait la différence dès la première période.  (Reuters)

Porto a fait la différence dès la première période. (Reuters)

Le match : 5-2

Il ne restera donc de cette campagne cauchemardesque que des souvenirs douloureux. Monaco n'avait rien de concret à aller chercher à Porto mercredi, c'est vrai, ni sa qualification pour les huitièmes de finale de la Ligue des champions, ni son reversement en Ligue Europa. Il n'a fait illusion que neuf minutes au Dragão, le temps pour un Vincent Aboubakar époustouflant (voir le joueur) de lancer son équipe vers un succès large et tranquille (5-2) à domicile.

Porto menait déjà trois à zéro à la mi-temps et n'a pas relâché ses efforts en seconde période, alors qu'il devait faire au moins aussi bien que Leipzig – opposé à Besiktas – pour assurer sa place en huitièmes. Sans Subasic, Lemar ni Tielemans, sans Jovetic ni Raggi et sans autre ambition que celle de laver l'affront du match aller (0-3), Leonardo Jardim avait choisi de laisser ses cadres sur le banc (Sidibé, Fabinho, Moutinho, Baldé, Falcao) et n'a pu que constater l'impuissance de ses remplaçants, privés du ballon et limités par leur manque d'automatismes.

Les optimistes retiendront que l'ASM a marqué ses deux premiers buts en seconde période dans un match de Ligue des champions cette saison (Glik sur... penalty, 61e, Falcao à la 78e), les pessimistes qu'elle n'avait jamais terminé la phase de groupes sans la moindre victoire (huit participations). Demi-finaliste de l'épreuve au printemps dernier, Monaco n'est certes plus la même équipe, orpheline des Silva, Bakayoko et Mbappé, mais plus que ça, elle semble avoir perdu l'enthousiasme et la fougue qui faisaient sa force. Après un nouveau but de Telles, de loin (66e), sa fin de match a ressemblé à un calvaire mercredi, et si le but de Falcao a quelque peu éclairci sa sombre performance, c'est la tête basse que l'ASM quitte la Ligue des champions. Soares a encore alourdi le score à la 88e, de la tête.

Le joueur : Vincent Aboubakar, un poison

Auteur d'un doublé au match aller (3-0), Vincent Aboubakar a de nouveau fait vivre un calvaire à ses adversaires mercredi. Insaisissable, l'international camerounais (25 ans, 52 sél.) a profité de la passivité suspecte de la défense monégasque pour ouvrir le score dès la 9e minute, à la limite du hors-jeu. Décalé par Danilo sur la gauche de la surface, il a ensuite effacé sans difficulté Kamil Glik pour doubler la mise (33e) avant de piquer parfaitement son ballon dans la course de Yacine Brahimi, auteur du troisième but de son équipe avant la mi-temps (45e). Il a quitté le terrain à un quart d'heure du terme, remplacé par Tiquinho Soares.

Pas de regrets pour Leipzig, Besiktas invaincu

Dans l'obligation de battre Besiktas pour rêver à une hypothétique qualification, Leipzig a finalement concédé une troisième défaite en six matches (1-2). Talisca a marqué le but de la victoire à la 90e, trois minutes après l'égalisation de Keïta pour le RB. Negredo avait ouvert le score sur penalty (10e). Besiktas termine la phase de groupes invaincu.
Commenter cet article  (Pour commenter, vous devez vous inscrire)

 

Votre commentaire - 500 caractères restants

Votre commentaire sera publié dans les plus brefs délais après modération

En poursuivant votre navigation sur www.lequipe.fr, vous acceptez les CGUs ainsi que l'utilisation de cookies pour vous proposer des contenus et des publicités ciblées en fonction de vos centres d'intérêts.

En savoir plus sur les cookies.

Afficher les CGUs.

X