Foot Coupe Caen

Patrice Garande (Caen) : «Il va se passer quelque chose d'irrationnel» face au PSG

L'entraîneur du SM Caen, qui reçoit le Paris-SG ce mercredi en demi-finales de la Coupe de France (21h05), est persuadé que son équipe va créer l'exploit.

Football - Coupe de France - Patrice Garande veut croire à l'exploit. (R.Perrocheau/L'Equipe)

Patrice Garande veut croire à l'exploit. (R.Perrocheau/L'Equipe)

Ce mercredi (21h05), le SM Caen dispute l'un des matches les plus excitants de son histoire, puisqu'il s'agit de sa première demi-finale de Coupe de France. «Pour nous, c'est fantastique, extraordinaire», n'hésite d'ailleurs pas à annoncer Patrice Garande. Et l'entraîneur normand pense son équipe capable d'évacuer sa mauvaise passe en Ligue 1 (15e, quatre défaites d'affilée) pour parvenir à renverser le tout frais champion de France et ainsi découvrir le Stade de France, le mardi 8 mai.

«Quel est le sens de cette mise au vert, 48 heures avant cette demi-finale ?
À match exceptionnel, préparation exceptionnelle. Il faut le préparer le plus sereinement et tranquillement possible. Il y a un équilibre à trouver entre excitation et sérénité. On est dans notre préparation depuis le report du match contre Toulouse, samedi. On voulait jouer - et je pense qu'il fallait jouer - le dimanche. Mais c'est comme ça... Je sens une envie, une concentration chez les joueurs. La Coupe génère d'autres choses qu'en Championnat.

À quel PSG vous attendez-vous, après leur démonstration contre Monaco (7-1), dimanche, qui lui a offert le titre de champion de France ?
Outre la démonstration, je n'ai pas l'impression qu'ils aient puisé dans leurs ressources physiques. Ils sont tous internationaux et ont l'habitude de voyager à travers le monde. Je n'ai rien appris de nouveau sur le PSG, j'ai simplement été surpris par un tel écart avec Monaco. Et je ne crois pas qu'il y ait une euphorie quelconque de leur part, parce qu'ils sont champions. D'ailleurs, ils n'ont pas fait la fête.

«Pour tout le monde, c'est plié, c'est tranché. Qu'est-ce qu'on a à perdre ?»

Sur quoi allez-vous vous appuyer pour tenter de créer l'exploit, vous référer à un match en particulier ?
Je me réfère d'abord à la qualité de mes joueurs, plus qu'à un match. Même si on a déjà créé un exploit contre Lyon (1-0), en quarts de finale. La première chose, déjà, est de se mettre dans la tête que c'est possible. Avec le staff, on donne aux joueurs certains éléments pour leur prouver que c'est possible.

Comme quoi ?
Il faut déjà créer les conditions d'un exploit. Ça se prépare. J'ai évoqué avec eux les matches de Coupe d'Europe, de la semaine passée. Ceux de la Juve au Real ou de la Roma contre le Barça, par exemple. Il y a eu aussi Marseille. On a vu tout un stade qui y croyait et on a bien senti que les joueurs avaient la bonne attitude, malgré un but pris d'entrée. Il faut une odeur, une atmosphère particulière. Il faut que l'ambiance soit différente de celle du Championnat.

Et sur le plan du jeu, comment faire pour faire face au PSG ?
Il faudra déjà être présent dans les duels, avoir une agressivité maîtrisée. Si on les regarde, si on court derrière le ballon, on est mort. Mais il faudra aussi être agressif sur le plan offensif, dans les appels, la manière de frapper au but, de tirer les coups de pied arrêtés. Et, en football, il y a ce qu'on maîtrise et l'irrationnel. Pour tout le monde, c'est plié, c'est tranché. Qu'est-ce qu'on a à perdre ? On est impatient de jouer. Ce n'est que du bonheur, que du plaisir. J'ai la conviction qu'il va se passer quelque chose d'irrationnel...»

Tous les commentaires
Commenter cet article  (Pour commenter, vous devez vous inscrire)

 

Votre commentaire - 500 caractères restants

Votre commentaire sera publié dans les plus brefs délais après modération
En poursuivant votre navigation sur www.lequipe.fr, vous acceptez les CGU ainsi que l'utilisation de cookies et de technologies similaires, y compris celle de partenaires tiers, pour vous proposer des contenus pertinents et des publicités ciblées en fonction de vos centres d'intérêts.
En savoir plus sur les cookies.   Afficher les CGUs.