Foot Coupe du Monde 2018

Pas de Mondial 2018 pour l'Italie, la Suède sera en Russie

La nouvelle est à peine croyable : quadruple championne du monde, l'Italie ne sera pas à la Coupe du monde en Russie l'été prochain. La Nazionale a été éliminée en barrages par la Suède après un nul à San Siro ce lundi (0-0, aller 0-1), et manquera son premier Mondial depuis 1958.

Le match : 0-0

Présente dans toutes les Coupes du monde depuis celle manquée en 1958, l'Italie ne sera pas en Russie l'été prochain. Longtemps dans le déni, le pays quadruple champion du monde a subi le séisme de plein fouet ce lundi, après un nul dans le vrombissement de San Siro lors du barrage retour (0-0), qui n'a pas effacé le revers en Suède trois jours plus tôt (0-1).

Les causes de ce cataclysme sont nombreuses, et la tête du sélectionneur Giampiero Ventura - qui en fait partie - devrait tomber dans les prochaines heures. Un énorme sentiment de gâchis domine, avec une addition de talents qui n'aura jamais su se coordonner. Surtout, l'immense Gianluigi Buffon, qui rêvait de finir sa carrière monumentale par la grande porte dans un Mondial, termine finalement par une sortie piteuse, après 175 capes. Injuste, indigne, mais finalement prévisible tant la Nazionale a déçu durant son parcours qualificatif, il est vrai compliqué par la présence de l'Espagne dans son groupe.

Dans un San Siro bouillant, l'Italie a fait parler son orgueil, dominant outrageusement le match. Mais le manque d'idées a rattrapé la bande à Bonucci, pas suffisamment dangereuse malgré une mainmise sur le ballon. La titularisation de Jorginho en regista a apporté davantage d'équilibre dans l'entrejeu transalpin, mais ce plus s'est finalement avéré bien inutile, car l'efficacité n'a pas suivi. Héroïque en défense, la Suède a fait bloc. Sans Zlatan Ibrahimovic, elle a gagné au mental un billet pour son premier Mondial depuis 2006.

Le fait : deux mains italiennes dans la surface n'ont pas été sifflées

Alors que l'Italie n'avait pas été aidée par l'arbitrage en Suède, elle a eu beaucoup plus de liberté avec M. Mateu Lahoz à San Siro. Les Italiens ont bénéficié de deux décisions avantageuses de l'arbitre espagnol en première période, avec deux mains dans la surface oubliées. D'abord, Darmian a touché le ballon de la main après un duel avec Marcus Berg, sans que cela soit sanctionné (13e). C'est ensuite Andrea Barzagli qui a frisé la correctionnelle, en stoppant un ballon du poignet à la lutte avec Forsberg (28e). Ces deux décisions favorables n'ont toutefois pas sauvé la Nazionale.

A noter que M. Mateu Lahoz aurait également pu siffler un penalty en faveur de l'Italie, après un contact entre Ludwig Augustinsson et Marco Parolo (8e).

L'homme : Robin Olsen a dégoûté l'Italie

Gardien de Copenhague, Robin Olsen a joué un rôle prépondérant dans l'échec italien à San Siro. S'il n'a pas l'aura de Thomas Ravelli ou Andreas Isaksson, le gardien de 27 ans, qui fêtait sa 16e sélection, a marqué à sa façon l'histoire des Coupes du monde. Il a notamment été décisif devant Alessandro Florenzi avant la pause (45e) et pour sauver son équipe sur une tentative d'El Shaarawy (87e). Serein dans ses sorties, il a parfaitement guidé sa défense, elle aussi impeccable.

Commenter cet article  (Pour commenter, vous devez vous inscrire)

 

Votre commentaire - 500 caractères restants

Votre commentaire sera publié dans les plus brefs délais après modération