CM 2018 Cérémonie

Mondial 2018 en Russie : une cérémonie d'ouverture classique... mais courte à Moscou

Une sono beaucoup trop forte, des tenues kitsch et des discours plein de bons sentiments : la cérémonie d'ouverture de la Coupe du monde, ce jeudi, au stade Loujniki de Moscou, n'a pas évité tous les écueils de l'exercice.

Football - Coupe du monde - Le clou du spectacle : la présence de Robbie Williams. (  REUTERS)

Le clou du spectacle : la présence de Robbie Williams. ( REUTERS)

Mais l'organisation russe a eu la bonne idée de la faire courte - moins d'une demi-heure - avant la première rencontre entre le pays hôte et l'Arabie Saoudite. Avant que Vladimir Poutine, le président russe, ne plaide dans son allocution pour que le sport favorise «la paix et la compréhension mutuelle entre les nations», le point fort du show avait été assuré par Robbie Williams, accompagné par la soprano russe Aïda Garifoullina sur l'un de ses tubes.

Un peu plus tôt, sur du Ennio Morricone, Iker Casillas, champion du monde avec l'Espagne en 2010, avait dévoilé le trophée de la Coupe du monde au bord de la pelouse, accompagné de Natalia Vodianova, «mannequin et philanthrope» selon les termes du communiqué de presse de l'évènement, et par ailleurs belle-fille de l'homme d'affaires français Bernard Arnault.

Contents que ça commence

La bande-son de l'heure qui a précédé le coup d'envoi ? A part un intermède de Tchaïkovski et l'hymne officiel de la Coupe du monde (Live it up), on aurait pu être dans un stade de Ligue 1 (AC/DC, Bruno Mars, Macklemore...). Sinon, l'ancien attaquant brésilien Ronaldo a fait une brève apparition dans le stade, accompagné d'un enfant auquel il a gentiment laissé l'honneur de faire une passe à la mascotte, le loup Zabivaka (celui qui marque, en russe).

Alors que les deux équipes étaient déjà entrées sur la pelouse, en place pour les hymnes, Vladimir Poutine, acclamé par une grande partie des spectateurs russes présents dans le stade, puis Gianni Infantino, le président de la FIFA, se sont présentés derrière un pupitre pour délivrer leur discours. «Le plus grand événement sportif de la planète est en Russie pour la première fois et nous sommes très heureux de l'accueillir», lançait le premier. Les vingt-deux joueurs qui poireautaient en bas de la tribune depuis cinq minutes étaient, eux, contents que ça commence.

tous les commentaires
commenter cet article
Commenter cet article  (Pour commenter, vous devez vous inscrire)

 

Votre commentaire - 500 caractères restants

Votre commentaire sera publié dans les plus brefs délais après modération
En poursuivant votre navigation sur www.lequipe.fr, vous acceptez les CGU ainsi que l'utilisation de cookies et de technologies similaires, y compris celle de partenaires tiers, pour vous proposer des contenus pertinents et des publicités ciblées en fonction de vos centres d'intérêts.
En savoir plus sur les cookies.   Afficher les CGUs.