Foot Ligue 1

Le PSG corrige Nantes

Le PSG a infligé samedi une correction au FC Nantes (4-1) pour prendre six points d'avance sur Monaco en tête du Championnat.

Le match : 4-1

Claudio Ranieri avait annoncé la couleur : «Je vais prendre deux bus» pour les mettre devant le but nantais. Dans les faits, l'entraîneur italien a aligné dix joueurs à vocation défensive (un gardien, six défenseurs et trois milieux défensifs) pour résister au PSG. Ce plan a tenu... 38 minutes. Jusqu'à l'ouverture du score d'Edinson Cavani. Les Parisiens avaient auparavant fait passer quelques timides frissons dans les tribunes du Parc des Princes, notamment une frappe non cadrée de l'Uruguayen à la 7e minute, mais pas de quoi inquiéter Ciprian Tatarusanu outre-mesure. Le gardien roumain a récupéré le ballon dans son filet une deuxième fois, trois minutes après le but de Cavani, sur une demi-occasion et un centre de Di Maria que personne n'a touché (41e).

Ces deux buts ont poussé Claudio Ranieri à ajouter un deuxième joueur offensif à la mi-temps : Jules Iloki. Le milieu offensif a multiplié les appels sur le côté droit et gardé le ballon pour permettre, ainsi, au bloc nantais de monter d'un cran. Ce changement, de joueur et de tactique, a perturbé les Parisiens. L'entrée en jeu de Préjuce Nakoulma les a vraiment contrariés : ils ont concédé la réduction de l'écart une minute plus tard (60e). Les Nantais ont alors pris confiance, mais Javier Pastore a calmé leurs ardeurs, profitant d'une boulette de Tatarusanu (65e). Les Parisiens ont géré la dernière demi-heure tranquillement, Edinson Cavani s'est offert un doublé, pour porter à six points leur avance sur l'AS Monaco en tête du Championnat.

Le joueur : Edinson Cavani, buteur record

Edinson Cavani est entré davantage dans l'histoire de la Ligue 1 en égalant un record vieux de 45 ans. L'Uruguayen est devenu le premier jouer à compter 15 buts après 13 journées de Ligue 1 depuis Salif Keita avec Saint-Etienne en 1971-1972. L'Uruguayen s'est procuré la première occasion de la partie, effaçant deux défenseurs nantais sur un crochet, mais il a tiré au-dessus (7e). Il a ouvert le score sur une occasion semblable (38e), toujours en effaçant ses adversaires d'un crochet. Il a eu un peu de réussite sur son deuxième, celui du record, puisqu'il s'est retrouvé en position idéale sur un dégagement de Diego Carlos contré par Nicolas Pallois. Il s'est procuré une ultime opportunité d'améliorer ce record à la 88e minute, mais il a tiré sur Ciprian Tatarusanu.

Le fait : Les jokers parisiens ont saisi leur chance

Titularisés par Unai Emery, Angel Di Maria et Javier Pastore ont certainement marqué des points auprès de leur entraîneur : les deux Argentins sont impliqués dans trois des quatre buts. Pastore a délivré un caviar à Cavani sur l'ouverture du score, avant de marquer le troisième des Parisiens. Il n'avait plus été passeur et buteur dans un même match depuis le 13 mars 2016 et la victoire de Paris à Troyes (9-0). Il a également multiplié les gestes de classe, dont une ouverture minutieuse pour Angel Di Maria, qui s'est fait reprendre par Diego Carlos (73e). L'ancien Madrilène avait déjà inscrit son but, le deuxième. Il a eu une autre opportunité de s'offrir un doublé, mais il a tiré à côté (75e).

Commenter cet article  (Pour commenter, vous devez vous inscrire)

 

Votre commentaire - 500 caractères restants

Votre commentaire sera publié dans les plus brefs délais après modération

En poursuivant votre navigation sur www.lequipe.fr, vous acceptez les CGUs ainsi que l'utilisation de cookies pour vous proposer des contenus et des publicités ciblées en fonction de vos centres d'intérêts.

En savoir plus sur les cookies.

Afficher les CGUs.

X