Foot Bleus

Le baromètre des Bleus depuis le dernier rassemblement en novembre

Dans quelle forme et quel état d'esprit se trouvent les 24 joueurs appelés en équipe de France en novembre, lors du précédent rassemblement ? État des troupes avant l'annonce de la nouvelle liste, jeudi (14h00), par Didier Deschamps.

Football - Matches amicaux A - Les dynamiques sont différentes entre Griezmann, Sissoko et Coman.  (L'Equipe)

Les dynamiques sont différentes entre Griezmann, Sissoko et Coman. (L'Equipe)

Alphonse Areola (Paris-SG)

Plus mature, expérimenté et rassuré par son statut de titulaire, le gardien du PSG reste sur plusieurs mois convaincants. Malgré l'élimination en Ligue des champions, il est sorti grandi des confrontations face au Real Madrid (1-3, 1-2). En Ligue 1 aussi, il a progressé en régularité, dans les airs et le jeu au pied notamment.

Benoît Costil (Bordeaux)

Après des premiers mois délicats à Bordeaux, qui l'ont conduit sur le banc en fin d'année avant le départ de Jocelyn Gourvennec, l'ancien Rennais a retrouvé sa place de titulaire avec l'arrivée de Gustavo Poyet comme entraîneur. Le portier a aussi été nommé capitaine des Girondins. Une confiance qui lui a le plus grand bien. Ses bonnes performances en 2018 en attestent.

Steve Mandanda (Marseille)

Encore décisif à plusieurs reprises, dimanche à Toulouse (2-1), le capitaine olympien réalise l'une de ses meilleures saisons. Sa note moyenne dans notre journal (5,68), la deuxième du classement, en témoigne, il a retrouvé toutes ses qualités après son passage raté en Angleterre la saison passée. Sa récent blessure est oubliée. Il est en pleine forme.

Lucas Digne (FC Barcelone)

Très en vue lors de ses dernières apparitions avec les Bleus, le latéral gauche joue toujours aussi peu avec le Barça (12 matches dont 7 comme titulaire mais seulement 2 en Liga depuis le dernier rassemblement début novembre). Deuxième dans la hiérarchie derrière Jordi Alba, il se contente de bouts de matches. Difficile d'en avoir plus.

Christophe Jallet (Nice)

Le latéral droit niçois a peu joué ces derniers mois, en raison de diverses blessures (élongation aux fessiers fin 2017, problème au genou gauche début 2018). Absent jusqu'à la mi-avril, il va manquer ce rassemblement et ne devrait retrouver la compétition qu'un mois avant l'annonce de la liste pour le Mondial. Suffisant pour y figurer ?

Presnel Kimpembe (Paris-SG)

De plus en plus utilisé par Unai Emery au PSG (20 matches en Ligue 1 dont 19 comme titulaire), le jeune défenseur, troisième joueur le mieux noté cette saison (6,1), a gagné en assurance et en crédibilité ces derniers mois. Préféré à Thiago Silva en 8e de finale aller de la Ligue des champions à Madrid, il n'a pas déçu, malgré la défaite (1-3).

Laurent Koscielny (Arsenal)

À l'image de son club, le capitaine des Gunners ne réalise pas sa meilleure saison en Angleterre. Plus fragile physiquement et moins tranchant, le défenseur a vécu des dernières semaines difficiles, à la fois sur le terrain et en dehors, avec les nombreuses critiques formulées à l'égard d'Arsène Wenger, dont il reste un joueur essentiel.

Layvin Kurzawa (Paris-SG)

Écarté lors des deux derniers matches du PSG, le défenseur traverse une période délicate. Incapable de rassurer sur le plan défensif, il a fini par perdre sa place de titulaire au poste de latéral gauche, au profit de Yuri Berchiche. En l'absence de Benjamin Mendy, l'ancien Monégasque avait pourtant une occasion à saisir en Bleu. Il est en train de la laisser passer.

Benjamin Pavard (Stuttgart)

Depuis sa première convocation surprise, l'ancien Lillois a confirmé avec son club en Bundesliga qu'il avait les qualités pour évoluer en sélection. Replacé axe gauche par son nouvel entraîneur Tayfun Korkut, après avoir jusque-là évolué surtout à droite, il a enchaîné les prestations solides, au point d'être nommé pour le titre de rookie en février.

Samuel Umtiti (FC Barcelone)

Semaine après semaine, match après match, l'ancien Lyonnais continue d'impressionner au Barça. La doublette qu'il forme avec Gérard Piqué dans l'axe s'est rodée avec le temps. Le défenseur s'est aussi habitué au jeu en Espagne, où ses qualités physiques sont régulièrement saluées. Ce qui lui confère une relative sérénité.

Raphaël Varane (Real Madrid)

Enfin titulaire indiscutable au Real, le défenseur semble aussi en avoir fini avec les blessures. Depuis novembre, il n'a quasiment manqué aucun match. Même si son équipe a alterné le bon et le moins, surtout en Liga, ses progrès dans les duels et l'intensité, constatés notamment face au PSG, sont bien réels. Zinédine Zidane lui a toujours maintenu sa confiance.

Blaise Matuidi (Juventus)

Passée sa période d'adaptation à un nouveau club et à un nouveau pays, l'ancien Parisien a repris ses bonnes habitudes. Il a convaincu son entraîneur Massimiliano Allegri de lui faire une place en changeant son système et depuis, la Juve a retrouvé du jus. Toujours aussi généreux dans l'effort, le milieu revient tout juste de blessure.

Steven Nzonzi (Séville FC)

Appelé surprise lors du dernier rassemblement, le milieu longiligne n'a pas baissé de pied depuis le début de saison. Maillon essentiel à Séville, l'ancien joueur de Stoke City a beaucoup joué et contribué au bon parcours de son équipe (5e de Liga).

Adrien Rabiot (Paris-SG)

Le milieu s'est un peu plus affirmé ces derniers mois à Paris. Durant l'automne, avec la blessure de Thiago Motta, la question de son positionnement se posait encore. Aujourd'hui, cela ne fait plus aucun doute : il est plus à l'aise en relayeur qu'en sentinelle. Unai Emery a fini par le comprendre, ce qui a libéré le joueur.

Moussa Sissoko (Tottenham)

Il reste un remplaçant dans l'esprit de son entraîneur Mauricio Pochettino. Ses quelques titularisations ou entrées en jeu (seulement 117 minutes de jeu sur les huit dernières journées de Premier League) n'y changeront rien, semble-t-il, aussi énergiques soient-elles. Bon soldat, il s'exécute sans broncher.

Corentin Tolisso (Bayern Munich)

Il avait fait son trou cet hiver. Après le départ de Carlo Ancelotti et le retour Jupp Heynckes aux commandes du club bavarois, l'ancien Lyonnais s'était installé dans l'entrejeu avec succès. Mais une blessure au tibia survenue samedi contre Hambourg (6-0) va le freiner dans les prochaines semaines. Pas sûr qu'il puisse tenir sa place avec les Bleus.

Kingsley Coman (Bayern Munich)

Alors qu'il traversait sa meilleure période de la saison, l'ailier a été stoppé net par une blessure. Touché au tibia-péroné, l'ancien joueur de la Juventus a dû se faire opérer. Absent jusqu'à fin avril environ, il devra cravacher pour revenir à temps et jouer la Coupe du monde.

Nabil Fekir (Lyon)

Après un automne et un début d'hiver flamboyants, le capitaine de l'OL a vu ses plans contrariés par gros pépin physiques. Blessé au genou droit lors du derby contre Saint-Eienne (1-1), fin février, l'attaquant ne sera pas de retour avant début avril. Il ne lui restera plus qu'un gros mois pour convaincre Didier Deschamps de l'emmener en Russie.

Olivier Giroud (Chelsea)

Sa situation était devenue intenable. Après avoir écouté le conseil du sélectionneur, l'attaquant a donc choisi de quitter Arsenal pour aller chercher du temps de jeu ailleurs. Chez les Blues, l'ex-Gunner a très vite été adopté de même qu'il s'est bien adapté. S'il n'a marqué un seul but, son apport dans le jeu fait l'unanimité.

Antoine Griezmann (Atlético de Madrid)

En difficulté en fin d'année, le Mâconnais a retrouvé toute sa réussite depuis peu. Auteur de neuf buts lors des six dernières journées de Liga, il porte littéralement l'Atlético offensivement, et ce malgré le retour cet hiver de Diego Costa. La présence de l'Espagnol l'a justement libéré. Il peut à nouveau décrocher à sa guise et dézoner.

Alexandre Lacazette (Arsenal)

En arrivant l'été dernier à Arsenal, l'ancien Lyonnais pensait mettre toutes les chances de son côté de disputer le Mondial. Son bon début de saison avait confirmé ce sentiment. Mais le recrutement d'Aubameyang en janvier et la récente blessure au genou de l'attaquant compliquent les choses. Il ne rejouera pas avant la fin du mois. Avec du retard à rattraper.

Anthony Martial (Manchester United)

Même s'il marque moins qu'en début de saison (5 buts et 4 passes depuis novembre), l'attaquant joue plus régulièrement. À l'exception de quelques petites blessures, il occupe le plus souvent côté gauche des Red Devils, où sa vitesse et ses débordements sont loués par José Mourinho.

Kylian Mbappé (Paris-SG)

Son K.-O. à Lyon suivi de son expulsion à Rennes ont semblé marquer un coup d'arrêt dans la fin saison de l'ancien Monégasque. Auparavant en grande réussite, le petit prodige a vu depuis son rendement faiblir et ses statistiques tomber. Ce qu'il ne l'empêche de continuer d'étonner au PSG pour son jeune âge.

Florian Thauvin (Marseille)

Le meilleur joueur de l'OM cette saison est au repos ces temps-ci. Mais rien de grave. Ces derniers mois, il a beaucoup donné et même tenu son équipe à bout de bras. Auteur de 16 buts et 10 passes décisives en Ligue 1, il fait tout pour aller en Russie. Reste à savoir si ses prestations décevantes dans les grands rendez-vous (contre Paris) l'auront desservi.
tous les commentaires
commenter cet article
Commenter cet article  (Pour commenter, vous devez vous inscrire)

 

Votre commentaire - 500 caractères restants

Votre commentaire sera publié dans les plus brefs délais après modération
En poursuivant votre navigation sur www.lequipe.fr, vous acceptez les CGU ainsi que l'utilisation de cookies et de technologies similaires, y compris celle de partenaires tiers, pour vous proposer des contenus pertinents et des publicités ciblées en fonction de vos centres d'intérêts.
En savoir plus sur les cookies.   Afficher les CGUs.