Foot Ligue 1 PSG

L'équipe type du PSG de l'ère qatarie

Le PSG a décroché ce dimanche son septième titre de champions de France, le cinquième depuis l'arrivée du Qatar à sa tête en 2011. Quelle est l'équipe-type de l'ère qatarie ?

Football - Football - Thiago Motta, Edinson Cavani, Marco Verratti, Zlatan Ibrahimovic et Blaise Matuidi, cinq joueurs présents dans l'équipe-type. (P.Lahalle/L'Equipe)

Thiago Motta, Edinson Cavani, Marco Verratti, Zlatan Ibrahimovic et Blaise Matuidi, cinq joueurs présents dans l'équipe-type. (P.Lahalle/L'Equipe)

Salvatore Sirigu (2011-2017)

Acheté 4M€ à Palerme en juillet 2011, Salvatore Sirigu sera intouchable dans la cage parisienne pendant ses quatre premières saisons. Cependant, alors que le PSG n'arrive pas à passer les quarts de finale de la C1, le club décide de lui trouver un remplaçant, et il perdra sa place de titulaire au profit de Kevin Trapp lors de la saison 2015-2016. Il reste toutefois un joueur emblématique du début du projet qatari.

football formations

Dani Alves (2017-aujourd'hui)

Difficile de choisir un arrière droit dans l'ère qatari. Christophe Jallet n'a pas résisté à l'arrivée du Qatar, Grégory Van der Wiel a été très inconstant, Thomas Meunier ne s'est jamais imposé, et Serge Aurier a vu son bilan terni par l'affaire de la chicha et des insultes à Laurent Blanc. Recruté l'été dernier pour apporter son expérience au PSG, Dani Alves a, par séquences, réussi sa mission. Il gagne sa place dans l'équipe grâce à son apport offensif, son leadership dans le vestiaire, mais sur les gros matches, aucun arrière droit n'est vraiment convaincant.

Marquinhos (2013-aujourd'hui)

Acheté 31,4M€ à l'AS Rome en 2013, Marquinhos s'est imposé comme un incontournable de la défense parisienne dès son arrivée. Il est encore très jeune (23 ans) mais constitue une référence à son poste. Laurent Blanc et Unai Emery n'ont jamais douté de lui, et cela révèle tout.

Thiago Silva (2012-aujourd'hui)

En juillet 2012, le PSG qatari réalise l'un des plus beaux coups de sa jeune histoire en débauchant Thiago Silva, alors considéré comme le meilleur défenseur du monde, à l'AC Milan. Il est brièvement le joueur le plus cher de la Ligue 1 (42M€), et va justifier son rang lors de ses deux premières saisons. Il aura du mal à retrouver son niveau lors de la saison 2014-2015 après la fin de parcours chaotique du Brésil lors de son Mondial 2014, même s'il ne prend pas part au funeste 7-1 contre l'Allemagne. O Monstro reste une référence à son poste, même si son statut s'est un peu effrité, comme l'a témoigné sa présence sur le banc en 8es de finale aller de C1 cette saison contre le Real Madrid.

Maxwell (2012-2017)

Aujourd'hui coordinateur sportif du club, Maxwell a marqué les supporters parisiens durant ses cinq ans dans la capitale, par son sourire, son état d'esprit et son énorme d'ébauche d'énergie. Sûr défensivement, présent offensivement, il est sans conteste titulaire dans notre équipe-type. Ni Berchiche ni Kurzawa ne se sont mis à son niveau depuis.

Marco Verratti (2012-aujourd'hui)

Arrivé en inconnu dans la capitale en 2012, en provenance de Pescara (Serie B italienne), Marco Verratti a sa place dans notre équipe, car il s'est révélé dans la capitale pour devenir l'un des meilleurs milieux du monde. A 25 ans, Verratti conserve des défauts, et certains sont parfois frustrés qu'il n'exprime pas totalement son potentiel, mais son sens de la passe, sa vision de jeu, en font un joueur rare.

Thiago Motta (2012-aujourd'hui)

S'il va mettre un terme à sa carrière à la fin de la saison, Thiago Motta aura été l'un des symboles principaux du PSG qatari. Il a constitué «l'ADN de l'équipe» avec Marco Verratti, selon Laurent Blanc. Motta, intouchable sentinelle, a apporté cette touche barcelonaise au PSG, l'assurance dans l'entrejeu. Une page va se tourner avec sa fin de carrière.

Blaise Matuidi (2011-2017)

Parti pour la Juventus l'été dernier, Blaise Matuidi a également sa place dans notre équipe tant il a avalé les kilomètres pour le club, avec une générosité dans les efforts devenue sa marque de fabrique. Parmi les premières recrues de l'ère qatarie, il a été installé comme un élément inamovible par Antoine Kombouaré, et son statut s'est encore renforcé sous Carlo Ancelotti puis Laurent Blanc. Pas forcément l'élément le plus séduisant de l'équipe balle au pied, Matuidi en était le poumon, et a tout de même inscrit 33 buts avec le club, dont plusieurs dans des moments clés (8 en Ligue des champions).

Edinson Cavani (2013-aujourd'hui)

Acheté à Naples 64M€ en 2013, Edinson Cavani est évidemment titulaire dans notre équipe-type. Devenu le meilleur buteur de l'histoire du PSG au mois de janvier, Cavani a confirmé ses talents de finisseurs exceptionnels dans la capitale. Parfois critiqué pour son manque de réalisme et pour sa faible participation au jeu, l'Uruguayen fait pourtant partie des références à son poste. Sa cohabitation avec Zlatan Ibrahimovic a toutefois été compliquée, puisque le Matador a dû s'exporter sur un côté pour exister.

Zlatan Ibrahimovic (2012-2016)

Venu comme un roi et reparti comme une légende du PSG, selon ses propres termes, Zlatan Ibrahimovic est le joueur le plus charismatique passé par le club durant l'ère qatarie. Avec le Suédois, le PSG a changé de dimension sur le plan sportif, mais surtout médiatique. Les sorties d'Ibra, ses buts venus d'ailleurs, son leadership, ont marqué le club. Il a été la star de l'équipe durant ses quatre ans dans la capitale. Il est d'ailleurs présent sur le Hall of Fame du club, alors qu'Edinson Cavani ou Neymar n'y sont pas.

Neymar (2017-aujourd'hui)

Devenu le joueur le plus cher de la planète (222M€) l'été dernier, Neymar a fait entrer le PSG dans un monde supérieur, sur le plan médiatique notamment. Son transfert a eu un retentissement mondial et a braqué les projecteurs sur le club. Désigné comme un Ballon d'Or en puissance, le Brésilien a marqué 29 buts et délivré 19 passes décisives en 30 matches toutes compétitions confondues pour sa première saison, avant d'être stoppé par une blessure au plus mauvais moment, pour le sprint final. Par son aura, son talent, la liesse qui l'entoure en permanence, Neymar a sa place dans l'équipe-type qatarie. Il se pose en symbole de son nouveau souffle, au même titre qu'un Mbappé.

Tous les commentaires
Commenter cet article  (Pour commenter, vous devez vous inscrire)

 

Votre commentaire - 500 caractères restants

Votre commentaire sera publié dans les plus brefs délais après modération
En poursuivant votre navigation sur www.lequipe.fr, vous acceptez les CGU ainsi que l'utilisation de cookies et de technologies similaires, y compris celle de partenaires tiers, pour vous proposer des contenus pertinents et des publicités ciblées en fonction de vos centres d'intérêts.
En savoir plus sur les cookies.   Afficher les CGUs.