Foot Amical Allemagne

Kevin Trapp (Allemagne) : «C'est presque impossible de défendre sur eux»

Kevin Trapp a confirmé après le match nul de l'Allemagne contre l'équipe de France (2-2), ce mardi à Cologne, que les attaquants français étaient redoutables. «On le savait», a-t-il indiqué. Le gardien du PSG a aussi fait le point sur sa situation en club.

«Que retenez-vous de cette rencontre ?

Pour les deux équipes, c'était un bon match. Il y a eu des occasions de part et d'autre. On a vu deux équipes très fortes avec des joueurs qui ont beaucoup de qualité. Pour moi, c'est quand même mieux d'avoir fait match nul, c'est plus tranquille pour rentrer à Paris.

Qu'avez-vous pensé de la prestation de l'équipe de France ?

On savait déjà que la France a une très bonne équipe, avec des joueurs de grand talent. Moi, je connais Kylian (Mbappé), Antoine (Griezmann) est rentré, (Alexandre) Lacazette qui a joué, (Anthony) Martial aussi. On savait qu'ils allaient vite et qu'ils aiment le jeu en profondeur. On a quand même bien défendu, même si c'est presque impossible de défendre sur eux. Donc ce résultat est déjà pas mal. Les deux équipes peuvent être contentes.

Quelle analyse faites-vous de votre match ? Êtes-vous satisfait ?

Oui, je suis content. Avoir pu jouer, c'était important. Ce n'était plus le cas depuis cinq mois à peu près. Je n'ai jamais perdu confiance mais c'était une occasion de me montrer. Le coach (Joachim Löw) m'a fait confiance, je voulais lui redonner quelque chose en retour, parce que ce n'est pas normal de faire jouer un joueur qui n'a pas joué depuis longtemps. Ça m'énerve d'avoir encaissé deux buts, c'est normal. Mais c'était un bon match.

«Pour l'instant, je suis toujours au PSG et je suis content»

Vous êtes remplaçant au PSG cette saison, comment vivez-vous cette période ?

Ce n'est pas un secret que c'est compliqué pour moi. Je veux toujours jouer. Mon dernier match remonte à la présaison contre Tottenham (ndlr, il avait commis deux erreurs), mais on échange avec le coach (Unai Emery). C'est sa décision, il faut l'accepter. Je travaille bien, chaque jour, pour être prêt. Je veux croire que ça finit par payer d'être en forme et de travailler. Je ne peux pas m'arrêter maintenant.

Imaginez-vous quitter le PSG cet hiver si votre situation n'évolue pas ?

Je dois surtout jouer. Pour l'instant, je n'y ai pas pensé. Il ne reste plus que deux matches avant l'annonce de la liste pour la Coupe du monde, alors oui, je vais devoir me poser et réfléchir. En attendant, je suis toujours au PSG et je suis content. On verra bien...»

Götze : «Et encore, il manquait des joueurs à la France»

Commenter cet article  (Pour commenter, vous devez vous inscrire)

 

Votre commentaire - 500 caractères restants

Votre commentaire sera publié dans les plus brefs délais après modération