Foot Ligue 1 Justice

Justice : Marcelo Bielsa réclame au Losc une provision de 6 millions d'euros aux prud'hommes

Marcelo Bielsa a réclamé au Losc une provision de 6 millions d'euros aux prud'hommes.

Football - Ligue 1 - L'expérience de Marcelo Bielsa sur le banc du LOSC n'aura duré  que six mois.  (P. Lahalle/ L'Équipe) (L'Equipe)

L'expérience de Marcelo Bielsa sur le banc du LOSC n'aura duré que six mois. (P. Lahalle/ L'Équipe) (L'Equipe)

L'ancien entraîneur de Lille Marcelo Bielsa, qui compte demander 18 millions d'euros au Losc pour son licenciement fin 2017, a réclamé une provision de six millions d'euros mardi lors d'une audience en référé au conseil des prud'hommes, qui rendra sa décision le 3 avril. Chaque partie a plaidé environ 30 minutes et les échanges entre les avocats ont parfois tourné à la passe d'armes, devant un président qui n'a pas hésité à recadrer Carlo Alberto Brusa, le conseiller de l'Argentin, et Bertrand Wambeke, le défenseur du club nordiste.

Le technicien, licencié pour faute grave en décembre, s'appuie sur une «clause parachute» contenue dans un pré-contrat signé le 14 février 2017 pour justifier sa demande. Cette clause indique qu'il peut prétendre à toucher tous les salaires restants dus quelles que soient les raisons de la rupture ou de la résiliation du contrat. «Un plaideur peut demander une somme provisionnelle quand il considère qu'il a une créance avec le débiteur, car la cessation de relation entraînait de facto et de droit le versement de ces sommes», a expliqué Carlo Alberto Brusa à l'issue de l'audience.

De son côté, le Losc rejette cet argument en faisant valoir que le seul contrat de travail entre les deux parties a été signé le 1er juillet 2017. «Il y a eu un contrat signé entre les deux parties le 1er juillet et homologué par la LFP, c'est le seul contrat de travail qui existe dans cette affaire. Il n'y a pas de parachute doré dans ce contrat de travail», a souligné Bertrand Wambeke. Marcelo Bielsa, écarté par le Losc mi-novembre après une énième défaite, avait ensuite été licencié pour faute grave mi-décembre. Il a depuis contre-attaqué en multipliant les procédures à l'encontre de son ancien employeur.

Tous les commentaires
Commenter cet article  (Pour commenter, vous devez vous inscrire)

 

Votre commentaire - 500 caractères restants

Votre commentaire sera publié dans les plus brefs délais après modération
En poursuivant votre navigation sur www.lequipe.fr, vous acceptez les CGU ainsi que l'utilisation de cookies et de technologies similaires, y compris celle de partenaires tiers, pour vous proposer des contenus pertinents et des publicités ciblées en fonction de vos centres d'intérêts.
En savoir plus sur les cookies.   Afficher les CGUs.