Foot CM 2018 Bleus

Coupe du monde 2018 : «L'ambition doit être là», estime Didier Deschamps après le tirage

La France défiera l'Australie, le Pérou et le Danemark en phase de groupes de la Coupe du monde en Russie, l'été prochain. Didier Deschamps, le sélectionneur des Bleus, ne s'emballe pas.

«Êtes-vous satisfait de ce tirage ?
Qu'est-ce que vous voulez que je vous réponde ? Ça aurait pu être pire, tout le monde en a conscience, on connaît nos trois adversaires, nos horaires de matches, c'est déjà important par rapport à ce qui nous attend. On va plancher avec mon staff sur la période de préparation. Le Danemark c'est un adversaire habituel, on a l'habitude dans les phases de qualifications ou amicaux de les rencontrer. Le Pérou, ça peut arriver qu'on joue des équipes sud-américaines, la dernière fois ça remonte à très, très longtemps, dans les années 80. Et l'Australie, même si on les a joués en 2013 en match amical au Parc des Princes, ce sont des équipes issues de Confédérations qu'on n'a pas l'habitude de rencontrer. L'Australie a un profil de jeu qui ressemble de près au football des équipes britanniques. On va mettre évidemment tout le sérieux pour étudier du mieux possible ces trois adversaires.

Est-ce dangereux d'être le grand favori de ce groupe ?
Le danger, il vient de partout. Rappelez-vous, on avait aussi ce sentiment d'être les favoris en 2002, en 2010... Sur le papier on peut penser que... Mais il faut avoir le respect et l'humilité nécessaires. Dans ce groupe, en tout cas, l'objectif sera de finir premiers.

Comment avez-vous vécu ce tirage ?
Avec tranquillité et sérénité. Un tirage c'est un tirage.

«Les matches de qualifications, ça n'a rien à voir avec un tournoi final»

Resterez-vous à Istra (au nord-ouest de Moscou) pour le camp de base ?
Kazan ce n'est pas très loin. Ekaterinbourg c'est un peu plus problématique entre guillemets. Mais il y a cinq jours de récupération entre tous nos matches. Je vais bien réfléchir entre les matches, la récupération, le repos... Ça ne remet pas en cause l'option que l'on a (à l'hôtel Hilton Garden Inn New Riga), elle n'est pas encore confirmée, je ne vais pas vous dire oui à 100%, mais on avait pensé à tout ça quand même avant de prendre cette option comme camp de base numéro 1.

Qu'ambitionnez-vous en Russie ?
Les matches de qualifications, ça n'a rien à voir avec un tournoi final, pour les joueurs non plus. On a atteint notre objectif de finir premiers dans le groupe, on a terminé avec quatre points d'avance sur la Suède, qui a éliminé l'Italie quand même en barrages (1-0, 0-0). Je suis satisfait et fier de ce qu'on a fait. On va avoir du pain sur la planche, comme tous les sélectionneurs, avec la possibilité de pouvoir travailler un peu plus spécifiquement avant la compétition. Je ne vous cache pas que comme nous avons de jeunes joueurs, ils n'ont pas un vécu international, ne savent pas ce qu'est une Coupe du monde, l'enchaînement des matches..., ils seront meilleurs dans deux ou quatre ans, mais l'ambition doit être là.

Appréhendez-vous l'organisation de cette Coupe du monde ?
Il y a des longs trajets et un trafic qui peut être très lourd, très chargé, donc on va en tenir compte mais il y aura de beaux stades, en espérant évidemment que la sécurité soit au maximum et que ce soit une très belle fête du football.»

Commenter cet article  (Pour commenter, vous devez vous inscrire)

 

Votre commentaire - 500 caractères restants

Votre commentaire sera publié dans les plus brefs délais après modération

En poursuivant votre navigation sur www.lequipe.fr, vous acceptez les CGUs ainsi que l'utilisation de cookies pour vous proposer des contenus et des publicités ciblées en fonction de vos centres d'intérêts.

En savoir plus sur les cookies.

Afficher les CGUs.

X