Foot CDS

Corée du Sud : des matches annulés à cause de la pollution ?

La pollution menace les rencontres de football en Corée du Sud. Les risques pour la santé des joueurs et des supporters pourraient conduire à l'annulation de certains matches.

Football - Football - La pollution est très marquée en Corée du Sud. (Reuters)

La pollution est très marquée en Corée du Sud. (Reuters)

La ligue de football professionnelle de Corée du Sud (K League) pourrait annuler des matches en raison de la mauvaise qualité de l'air. La fédération nationale de football (KFA) a publié lundi des directives pour protéger les joueurs et les fans contre la pollution. Si le niveau de pollution dans l'air dépasse 300 microgrammes par mètre cube pendant plus de deux heures consécutives, alors les rencontres peuvent être annulées.

 

L'aggravation de la pollution de l'air est un problème chronique en Corée du Sud, surtout au printemps, et a entraîné l'annulation des matches de la ligue professionnelle de baseball pour la première fois cette saison.

 

Le gouvernement de Séoul a pris des mesures pour réduire les niveaux de poussière fine dans l'air, y compris la suspension de la production dans plusieurs centrales au charbon, mais demande également l'aide de la Chine pour réduire la pollution transfrontalière. Les poussières fines peuvent provoquer des affections respiratoires et gêner le système immunitaire.

 

Un membre de la KFA, Kim Hae-kyung, a déclaré mardi que les représentants de la K League dans les stades seraient chargés de déterminer si un match devrait être annulé en raison de la pollution. Il reste néanmoins difficile d'évaluer ces conditions, car elles peuvent rapidement évoluer en raison du vent. «Le temps peut changer en temps réel, ce qui est difficile à prévoir, donc nous pensons que l'équipe sur place serait la mieux placée pour décider s'il faut ou non annuler un match», a précisé Kim Hae-kyung. «Il est difficile d'annuler des matches, mais le but de cette directive opérationnelle est de protéger la santé des joueurs, des supporters et des organisateurs», a-t-il poursuivi, ajoutant que la poussière fine était classée comme un cancérogène de première classe.

 

 

Tous les commentaires
Commenter cet article  (Pour commenter, vous devez vous inscrire)

 

Votre commentaire - 500 caractères restants

Votre commentaire sera publié dans les plus brefs délais après modération
En poursuivant votre navigation sur www.lequipe.fr, vous acceptez les CGU ainsi que l'utilisation de cookies et de technologies similaires, y compris celle de partenaires tiers, pour vous proposer des contenus pertinents et des publicités ciblées en fonction de vos centres d'intérêts.
En savoir plus sur les cookies.   Afficher les CGUs.