Foot Ligue Europa

C3 : qualifiés, Dortmund et Arsenal ont souffert

Vainqueurs à l'aller, Arsenal et Dortmund ont peiné à se défaire de leur adversaire, ce jeudi, en seizièmes de finale retour de la Ligue Europa.

Football - Football - La joie des Borussen. (Reuters)

La joie des Borussen. (Reuters)

Dortmund au bout du suspense

À l'aller, dans son Signal Iduna Park, le Borussia avait déjà peiné à dominer l'Atalanta (3-2). Grâce à un doublé express d'Ilicic, les Italiens avaient posé beaucoup de soucis à Dortmund, qui avait fini par repasser devant grâce à Batshuayi, son attaquant en forme du moment. Cela a de nouveau été le cas ce jeudi, même si l'essentiel a été assuré (1-1, 4-3 en cumulé).

Sous la pluie de Bergame, les Allemands ont pris l'eau. Dès la 11e minute, Toloi a profité d'une sortie hasardeuse de Burki, sur un corner, pour débloquer la situation. L'absence de Weigl – suspendu – a pesé dans leur jeu proposé par les Borussen, privés par ailleurs de Durm, Guerreiro, Rode, Kagawa et Yarmolenko. Ils n'ont jamais vraiment réussi à multiplier les temps forts. Jusqu'à ce que Schmelzer vienne délivrer les siens sur une approximation de Berisha (83e).

Une élimination au nombre de buts marqués à l'extérieur à ce stade de la compétition aurait été une énorme désillusion pour le Borussia Dortmund, reversé de Ligue des champions, au vu de son expérience sur la scène européenne et du potentiel dans l'effectif. Au contraire, l'Atalanta Bergame, qui a terminé devant l'Olympique Lyonnais au terme de la phase de poules, aurait mérité mieux.

Kolasinac a fait éviter le pire aux Gunners. (Reuters)
Kolasinac a fait éviter le pire aux Gunners. (Reuters)

Östersunds a failli créer la sensation à Londres

Arsène Wenger ne s'attendait sans doute pas à vivre une telle soirée ce jeudi face à Östersunds en seizièmes de finale retour de Ligue Europa (1-2 ; 4-2 en cumulé). Le technicien alsacien avait d'ailleurs aligné un onze remanié, à son habitude dans cette compétition cette saison, sachant qu'Aubameyang n'était pas qualifié. Vainqueurs 3 à 0 à l'aller en Suède, les Gunners ont pris la partie trop à la légère. Ils ont fait preuve de facilité, ne se sont pas appliqués dans les transmissions... Résultat : les Suédois ont semé le trouble à l'Emirates Stadium. Ils ont inscrit deux buts coup sur coup. Aiesh s'est d'abord joué de Holding pour ouvrir le score (22e), puis Sema l'a imité quasi dans la foulée en éliminant Chambers et en ajustant Ospina (23e). Seulement 70 secondes ont séparé les deux réalisations.

Au vu de la situation, Wenger a sûrement élevé la voix à la mi-temps. Avec raison puisque ses hommes ont réagi. Kolasinac, en force (47e), a permis aux siens de mieux gérer le résultat. Il faudra tout de même mettre une toute autre intensité, dimanche, en finale de la League Cup contre Manchester City si Arsenal veut espérer soulever le trophée.

Milan, Salzbourg et Bilbao en huitièmes

Onze matches sans défaite, toutes compétitions confondues : depuis deux mois, le Milan est très solide. Vainqueur 3-0 à l'aller, le club lombard s'est imposé 1-0 au retour contre le Ludogorets. A San Siro, c'est Borini qui a marqué le seul but du match, au second poteau, à la réception d'un service parfait du jeune Cutrone. Après trois ans sans compétition européenne, le Milan va disputer les 8es de finale de la Ligue Europa.

Le RB Salzbourg du Français Onguéné sera aussi au rendez-vous, comme en 2014. Le club autrichien a éliminé la Real Sociedad après un match échevelé (2-2, 2-1). Oyarzabal a trouvé la barre à la 9e, mais ce sont les locaux qui ont ouvert le score dans la foulée, par Dabour. Raul Navas a égalisé, à la suite d'un corner de Canales. Tout a basculé à la 71e. Hwang a d'abord obtenu l'expulsion de Raul Navas puis un penalty. Berisha l'a transformé, et le gardien basque Rulli s'est blessé sur le coup ! Cinq minutes de cauchemar pour la Real Sociedad.

L'Athletic Bilbao, finaliste en 2012 et quart de finaliste en 2016, disputera les 8es cette saison. Les Lions, qui avaient gagné 3-1 à Moscou contre le Spartak à l'aller, ont perdu 1-2 chez eux. Juste avant la pause, les Russes ont ouvert le score grâce à l'ancien Milanais Luiz Adriano, après un service de Kombarov. De la gauche, le centre de Saborit a été catapulté de la tête par Etxeita pour l'égalisation basque. À la 84e, Melgarejo a donné un peu d'espoir aux visiteurs. En vain.

Wenger «Nous avons été complaisants»

tous les commentaires
commenter cet article
Commenter cet article  (Pour commenter, vous devez vous inscrire)

 

Votre commentaire - 500 caractères restants

Votre commentaire sera publié dans les plus brefs délais après modération
En poursuivant votre navigation sur www.lequipe.fr, vous acceptez les CGU ainsi que l'utilisation de cookies et de technologies similaires, y compris celle de partenaires tiers, pour vous proposer des contenus pertinents et des publicités ciblées en fonction de vos centres d'intérêts.
En savoir plus sur les cookies.   Afficher les CGUs.