Foot Bleus

Benjamin Pavard (Bleus) : «Ce but à la fin nous emmerde»

Les joueurs de l'équipe de France étaient partagés après leur match nul (2-2) à Cologne face à l'Allemagne, ce mardi. À la fois satisfaits d'avoir tenu tête aux champions du monde mais aussi déçus d'être passés tout près d'une victoire importante.

Football - Matches amicaux A - Les Bleus ont ressenti un goût d'inachevé en Allemagne.  (AFP)

Les Bleus ont ressenti un goût d'inachevé en Allemagne. (AFP)

Entre le verre à moitié plein et celui à moitié vide, les Bleus avaient du mal à choisir, mardi après le match nul obtenu à Cologne face à l'Allemagne (2-2). En soi, accrocher le champion du monde sur sa pelouse est une performance. Ça devrait satisfaire les joueurs de l'équipe de France. Sauf qu'à une minute près, ils auraient pu s'imposer et marquer les esprits à sept mois de la Coupe du monde. Lars Stindel a en effet égalisé au bout du temps additionnel (90e+3). Résultat, les sourires étaient moins présents sur les visages tricolores après la rencontre.
 

«C'est frustrant, le scénario est un peu cruel, a regretté Christophe Jallet. Si on avait été à 2-2 à dix minutes de la fin, on n'aurait pas le même sentiment. Là, on encaisse un but dans les toutes dernières secondes, ça fait toujours mal, a-t-il ajouté. Surtout qu'on a plutôt bien géré ce match.» Devant au score à la mi-temps, après une très bonne première période, les hommes de Didier Deschamps ont un peu plus souffert à la reprise. Mais dans l'ensemble, ils étaient tous contents du contenu proposé. À l'exception de la dernière action. «C'est dommage parce qu'on avait fait un gros match, a estimé Antoine Griezmann. Il faudra s'améliorer là-dessus et continuer à travailler», a aussi prévenu l'attaquant, entré en cours de jeu, en référence aux fins de match.

«Il nous a peut-être manqué un peu d'expérience»

«Ce match, on doit le gagner, a de son côté jugé Samuel Umtiti, un peu plus affecté que ses coéquipiers. Même si tout n'a pas été parfait, on se devait de rester solides et de conserver cet avantage.» «On est très déçus, a aussi affirmé Benjamin Pavard, qui a honoré sa deuxième sélection consécutive. On pensait avoir fait le plus dur en marquant ce deuxième but. On aurait même pu en marquer un troisième, a rappelé le jeune défenseur de Stuttgart, au sujet de l'occasion manquée par Anthony Martial (89e), avant de se montrer très cash dans ses propos. Ça nous fait chier. On n'a pas perdu, c'est le principal. On a fait une très bonne partie, mais ce but à la fin nous emmerde.»
 

Il n'enlève rien en revanche à l'impression laissée par les Bleus, celle d'une équipe conquérante et qui progresse, malgré encore certaines erreurs à gommer. «Il nous a peut-être manqué un peu d'expérience, a supposé Lucas Digne. Même si on était déçus, le coach nous a quand même félicités. C'est ce que tout le vestiaire pensait.» Comme toujours très pragmatique, Steve Mandanda a résumé le sentiment collectif : «C'est dommage, surtout par rapport au scénario, mais il faut retenir le positif.» 

Commenter cet article  (Pour commenter, vous devez vous inscrire)

 

Votre commentaire - 500 caractères restants

Votre commentaire sera publié dans les plus brefs délais après modération